GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: la LND d'Aung San Suu Kyi en mesure de gouverner

    media Aung San Suu Kyi, présidente de la LND, à Rangoon, le 9 novembre 2015. REUTERS/Jorge Silva

    La Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l'opposante Aung San Suu Kyi, a remporté les élections législatives de dimanche dernier. Le résultat officiel est confirmé par la commission électorale. Le parti d'opposition dispose même de la majorité absolue dans les deux chambres nationales. Il pourra donc former un gouvernement, seul, au printemps prochain.

    Avec notre correspondant à Rangoon,  Rémy Favre

    La majorité absolue signifie que la LND peut accéder à la présidence. C'est une grande première en Birmanie, pays dont la scène politique est dominée par les militaires depuis plus de 50 ans. Le président y dispose de larges pouvoirs : il nomme la plupart des ministres, même si certains portefeuilles clefs restent dans la chasse gardée des militaires. Le parti d'Aung San Suu Kyi partagera donc le pouvoir exécutif avec l'armée. Certains groupes ethniques, aujourd'hui, s'inquiètent de ne pas être représentés dans les nouvelles institutions.

    Qui sera donc ce nouveau président LND ? Aung San Suu Kyi ne peut pas accéder à ce poste : la Constitution, taillée sur mesure contre elle, l'en empêche. Mais elle n'a mis personne en avant pendant la campagne électorale. Elle était toujours seule, sur l'estrade, face à la foule, à l'exception de son dernier discours. Elle a simplement indiqué qu'elle-même occuperait un poste au-dessus du président sans que cela ne soit prévu par la loi. Elle a dit que le président ferait ce que son parti lui dirait de faire. En d'autres termes, un président marionnette.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.