GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: deux figures de l'opposition exécutées

    media Une ambulance transportant le corps de Salaudin Quader Chowdhury quitte la prison centrale de Dacca, après l'exécution de ce dernier, le 22 novembre 2015.

    Deux dirigeants hauts placés du Bangladesh ont été exécutés ce dimanche matin à Dacca, après leur condamnation il y a deux ans pour génocides et crimes de guerre. Des crimes commis pendant la guerre d'indépendance du pays en 1971. Salaudin Quader Chowdhury étaient le secrétaire général du principale parti d'opposition alors que Ali Hassan Mohammed Mujahid était un dirigeant de l'influent parti islamiste Jamaat. Leur procès, mené sous l'égide d'un tribunal spécial, a été vivement critiqué car il n'aurait pas été équitable.

    Avec notre correspondant régional, Sébastien Farcis

    Salahuddin Quader Chowdhuri a été reconnu coupable, en 2013, de neuf crimes, dont la torture, le meurtre et le génocide de 200 civils, alors qu'il se battait aux côtés du Pakistan contre l'indépendance de ce territoire qui devint le Bangladesh. L'islamiste Ali Hassan Mohammed Mujahid, a été condamné au même moment pour l'assassinat de dizaines d'intellectuels en faveur de l'indépendance.

    Vingt-quatre personnes ont déjà été reconnues coupables par ce tribunal spécial sur les crimes de cette guerre, mais Mr Chowdhuri est le premier qui appartient au principal parti d'opposition du BNP. Elu député à sept reprises, il était très influent au sein de la politique bangladaise.

    Grève générale et troubles

    Son procès a cependant été l'un des plus controversés menés par cette cour spéciale, qui a entre autres, accepté d'entendre seulement quatre témoins de la défense contre vingt à charge. Ces inégalités, condamnées par l’ONG Amnesty International, n'ont pas empêché son exécution. Le parti islamiste du Jamaat-e-Islami, dont faisait partie le deuxième coupable, a appelé à deux jours de grève générale et de troubles à partir de lundi.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.