Inde: le sud-est du pays touché par des inondations meurtrières - Asie-Pacifique - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Inde: le sud-est du pays touché par des inondations meurtrières

media Chennai, la quatrième ville du pays, est sous les eaux, 2 décembre 2015. REUTERS

La région du Tamil Nadu, à l'extrême sud-est de l'Inde, fait face depuis le 1er décembre aux plus fortes précipitations depuis plus d'un siècle. Dans Madras, capitale de cette région et quatrième ville du pays, les trains ne circulent plus, l'aéroport est inondé. Plus de 260 personnes sont mortes et des millions de personnes continuent à lutter contre ces inondations qui ont paralysé l'activité. Le Premier ministre Narendra Modi s'est rendu sur place ce jeudi 3 décembre et a annoncé une aide de 140 millions d'euros.

Avec notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis

Les habitants de Madras encore au sec ont commencé à ouvrir leurs portes pour accueillir leurs voisins sinistrés. Plus d'un million de personnes ont été touchées, alors que la quatrième métropole indienne a reçu mardi 1er décembre, en 24 heures, l'équivalent de deux mois de pluie.

L'armée a été déployée pour secourir ces habitants par bateau ou par hélicoptère. Des secours rendus difficile car l'aéroport, comme les gares, est totalement inondé et une grande partie des réseaux téléphoniques est hors service. Les météorologues s'attendaient à une forte mousson cette année, sous l'effet du phénomène El Nino, mais rien d'aussi violent.

Pour Madhavan Rajeevan, directeur de l'institut indien de météorologie tropicale, il s'agit d'un effet direct du réchauffement climatique : « Nous avons relevé que ces précipitations de mousson sont de plus en plus fortes depuis 20 à 30 ans. Le nombre de jours de pluie diminue, mais quand il pleut, c'est beaucoup plus intense. Cela peut être attribué au réchauffement des océans qui entraine une plus grande évaporation et donc plus de pluie ».

De fortes pluies avaient déjà frappé la région le mois dernier, ce qui avait rempli les nappes phréatiques. Mais surtout, l'urbanisation maladroite a empiré ce problème : la quasi totalité des lacs et réservoirs de Madras ont été recouverts, ce qui empêche l'écoulement des eaux.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.