GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: vague d’arrestations de défenseurs des droits des travailleurs

    media Une usine de fabrication de chaussures à Lishui, dans la province du Zhejiang (photo d'illustration). REUTERS/Lang Lang

    En Chine, une quinzaine de militants des droits des travailleurs ont été arrêtés dans le cadre d'une vaste opération qui touche la région de Canton, dans le sud du pays.

    Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

    Parmi la quinzaine de militants arrêtés, Zeng Feiyang. Il est le directeur du Centre Panyu qui vient en aide aux travailleurs migrants. Cette association fournit une aide juridique gratuite et fait pression sur les patrons d'usines quand ceux-ci ne versent pas les salaires ou les primes dues aux ouvriers. C’est aussi le cas de l'association Nanfeiyan, qui défend les victimes d'accidents du travail. Son patron, He Xiaobo, fait partie des militants arrêtés, confirme le magazine Caijing.

    En l'absence de syndicats indépendants, le rôle de ces associations est crucial. Grâce à leurs actions, les ouvriers chinois ont enfin compris qu'ils avaient des droits et qu'ils pouvaient réclamer justice. C'est le cas de Zhu Xiaomei, ancienne ouvrière du japonais Hitachi. Elle a été licenciée pour avoir mené une grève réclamant la hausse des salaires en 2013. Depuis, elle milite, et vient aussi d'être interpellée.

    Cette vague d'arrestations sans précédent fait suite à des mois de harcèlement. Ces associations ont vu leurs locaux vandalisés et leurs employés menacés.

    Les autorités chinoises leur reprochent de ne pas avoir d'existence légale, alors qu'elles refusent de les enregistrer officiellement. Les défenseurs des travailleurs sont aussi accusés d'être financés par l'étranger, avec pour mission – en contrepartie – de semer le trouble en Chine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.