GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: le chef du renseignement démissionne

    media Le directeur de la principale agence afghane de renseignement, la Direction nationale de la sécurité (NDS), Rahmatullah Nabil, à Kaboul, en septembre 2011, AFP PHOTO/STR/FILES

    Le chef des services du renseignement afghan Rahmatullah Nabil a démissionné ce jeudi sur fond de désaccords avec le président Ashraf Ghani sur la conduite de la lutte contre l’insurrection des talibans. Cette démission intervient dans un contexte sécuritaire tendu et au lendemain d’une visite du chef de l’Etat au Pakistan pour assister à une conférence régionale destinée à relancer les pourparlers de paix avec les talibans.

    La démission du chef des services secrets afghan illustre le malaise au sein de l’appareil d’Etat, qui doit faire face à une situation sécuritaire dégradée, une offensive des talibans qui ne cesse de gagner du terrain depuis le départ des troupes de la coalition internationale et un processus de paix qui peine à progresser.

    Rahmatullah Nabil a expliqué ne plus être en mesure d’accomplir son travail en raison des désaccords politiques et des restrictions qui lui sont imposées. Force est de constater que les forces de sécurités afghanes ont essuyé ces derniers mois de sérieux revers notamment à Kunduz en septembre dernier, ou plus récemment à Kandahar où les talibans ont lancé il y a deux jours un assaut meurtrier contre l’aéroport faisant 50 morts.

    Nabil n’a pas non plus apprécié l’engagement des chefs d’Etat pakistanais et afghan mardi à Islamabad de reprendre le processus de paix, actuellement suspendu entre Kaboul et les talibans, désignant le Pakistan comme le principal refuge et soutien des insurgés talibans en Afghanistan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.