GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: un pasteur canadien condamné à la prison à perpétuité

    media Hyeon Soo-lim, pasteur canadien à Pyongyang lors de son procès le 16 décembre 2015. Reuters

    Un pasteur canadien devrait passer le reste de ses jours en prison en Corée du Nord. Ainsi en a décidé la Cour suprême à Pyongyang qui a reconnu coupable ce pasteur d’origine sud-coréenne de complot contre l’Etat nord-coréen. Hyeon Soo-lim est également accusé d’avoir fait circuler des informations portant atteinte au pays. C'est une peine très lourde mais qui n’est pas une première en Corée du Nord. Le régime étant de plus en méfiant vis-à-vis des missionnaires étrangers. Ottawa s'est dit « atterré » par la condamnation du pasteur.

    Hyeon Soo-lim avait déjà effectué plus de 100 missions en Corée du Nord lorsqu’il a été arrêté le 31 janvier 2015 affirment ses proches. Même son de cloche du côté de sa paroisse : pour l’église presbytérienne coréenne de la Lumière près de Toronto, comme les précédents voyages, cette dernière mission était à vocation strictement « humanitaire ».

    « Faux », affirme la Cour Suprême à Pyongyang, le pasteur serait en réalité un « espion » coupable de complot contre la République populaire et démocratique de Corée, un complot ourdi avec l’aide de Séoul et de Washington. Dans une vidéo diffusée en août dernier, le religieux était présenté en pleine confession de ses « crimes » devant des fidèles dans une église de la capitale nord-coréenne.

    Autocritiques et justice expéditive

    Le scénario des confessions est souvent le même : tout commence dans la ville chinoise de Dandong et dans la région autonome coréenne de Yanbian proches des fleuves Yalou et Tumen marquant la frontière avec la Corée du Nord où les ONG et les entreprises tenues par des évangélistes nord-américains d’origine sud-coréenne pullulent. Distribution de Bibles, prosélytisme, ces derniers sont régulièrement arrêtés une fois entrés en territoire nord-coréen.

    Des arrestations qui parfois servent de monnaie d’échange dans le cadre de négociations plus large entre Pyongyang et Washington. Plusieurs missionnaires protestants ont ainsi été détenus par le régime nord-coréen ces dernières années.

    L’évangéliste Kenneth Bae, américain d’origine coréenne, condamné à 15 ans de travaux forcés, a finalement été libéré en novembre après deux ans de détention. Hyeon Soo-lim devrait ainsi rejoindre Kim Jeong-wook, ce missionnaire sud-coréen arrêté en octobre 2013, purge actuellement une condamnation aux travaux forcés à perpétuité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.