GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: des dizaines de disparus dans une spectaculaire coulée de boue

    media Des engins de chantier tentent de déblayer les tonnes de boue pour extirper les disparus, après un énorme glissement de terrain qui a englouti des immeubles entiers, le 21 décembre 2015 à Shenzhen, ville industrielle du sud de la Chine. REUTERS/Stringer

    Au moins 91 personnes, selon un dernier bilan officiel, sont portées disparues à Shenzhen, dans le sud de la Chine, après une coulée de boue dévastatrice survenue ce dimanche 20 décembre en fin de matinée. Les autorités chinoises penchent vers la piste de l'erreur humaine.

    Les sauveteurs chinois s'affairaient encore, ce lundi midi, au lendemain du glissement de terrain, pour tenter de dégager des survivants. Plus de 1 500 secouristes et 104 camions de pompiers étaient à pied d'oeuvre sur le site étendu de la catastrophe, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle, qui a fait état de quatre rescapés, dont trois légèrement blessés, sans mentionner de morts.

    Les témoins ont relaté avoir vu une masse de terre et de boue rougeâtre s'abattre sur cette zone industrielle de Shenzhen, une ville de plus de 10 millions d'habitants dans le sud de la Chine, à la frontière avec Hong Kong. Des photos du désastre montraient l'énorme masse de terre recouvrant plusieurs hectares sur une dizaine de mètres de hauteur, sur laquelle s'affairaient des pelleteuses, autour d'un long bâtiment à moitié écroulé.

    Erreur humaine ?

    Selon toute vraisemblance, il ne s’agit pas d’une catastrophe naturelle, mais d’une erreur humaine, rapporte la correspondante de RFI à Pékin, Heike Schmidt. C’est une montagne de terre, haute d’une centaine de mètres et visiblement accumulée illégalement à côté d’un site de construction et détrempée par des pluies récentes, qui s’est effondrée sur un parc industriel de Shenzhen.

    Sur place, le site était étroitement bouclé par des dizaines de véhicules militaires de la police armée qui tenait à distance la presse, rapporte l'Agence France-Presse (AFP). Le glissement de terrain, qui s'est produit à 11H40, heure locale (03H40 TU), selon Chine nouvelle, a aussi sectionné une conduite de gaz naturel et déclenché une explosion entendue jusqu'à quatre kilomètres à la ronde, projetant des débris sur plus de dix hectares.

    Plus de 1500 secouristes ont été mobilisés sur le site de la coulée de boue pour tenter d'extirper des survivants. REUTERS/Stringer

    900 personnes évacuées

    Environ 900 personnes avaient pu être évacuées à temps, selon la presse locale.
    Trente-trois bâtiments ont été ensevelis, dont deux dortoirs réservés aux travailleurs, selon la télévision publique CCTV. La plupart des personnes qui s'y trouvaient avaient cependant pu être évacuées, a-t-elle ajouté.

    « J’ai pris mes enfants, raconte un père de famille. On a couru le plus rapidement possible, et lorsque j’ai tourné ma tête, mes enfants avaient disparu derrière moi ». Un autre témoin dit avoir sauté du 7e étage avec son fils de 8 ans. Leur chute a été amortie par la terre amassée au pied de l’immeuble.

    Un travailleur migrant logé avec sa famille dans un baraquement provisoire, était toujours sans nouvelle, ce lundi midi, de 16 de ses amis et proches, dont ses parents, sa femme et ses deux enfants, rapporte le site d'informations locales Tencent. Tous ses appels au téléphone sont restés sans réponse. « Quand mon frère et moi sommes sortis le matin pour aller ramasser les ordures, notre maison était encore debout, raconte-t-il . Mais quand nous sommes revenus, elle était ensevelie sous la boue. On ne pouvait même pas voir le toit, à quatre mètres de hauteur ».

    Une femme, identifiée par son seul nom de famille, Mme Hu, raconte au « Shenzhen Evening News » avoir vu la terre ensevelir le camion où se trouvait son père.
    « Cela fait des heures qu'il est enterré, nous sommes très inquiets ». Un ouvrier cité ce dimanche par Chine nouvelle a raconté comment il avait vu la coulée « de terre rouge et de boue foncer vers le bâtiment » de son entreprise, épargnée au dernier moment.

    Série noire de catastrophes

    Cette catastrophe est la dernière d'une série d'accidents en tous genres qui ont frappé la Chine cette année. Le réveillon du Nouvel An avait donné lieu le 31 décembre à une bousculade mortelle sur la célèbre promenade du Bund de Shanghai, dans laquelle 36 personnes avaient péri.

    En juin, la Chine enregistrait son pire naufrage sur le fleuve Yangtsé, quand le bateau de croisière Etoile de l'Orient se retournait soudainement, faisant plus de 430 morts et une dizaine de disparus.

    Beaucoup plus violente et spectaculaire, mais moins meurtrière, une série d'énormes explosions parties d'un entrepôt de produits chimiques ravageait le 12 août une zone du port de Tianjin (nord), faisant au moins 165 morts.

    A côté de ces désastres qui avaient suscité une vive émotion dans le pays et la mobilisation des autorités, des dizaines d'accidents de mine, d'inondations et de glissements de terrain ont aussi fait des centaines de victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.