GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: l'armée afghane assiégée par les talibans à Sangin

    media Un soldat de l'armée afghane se prépare à une attaque des talibans à Nad Ali, dans la province du Helmand, le 22 décembre 2015. AFP PHOTO / Noor Mohammad

    Les combats se poursuivent dans le district de Sangin, dans le sud de l'Afghanistan. Sangin fait partie de la province du Helmand, berceau de l'insurrection talibane, et les talibans se sont déjà emparés de pans entiers du territoire. Mais le gouvernement afghan espère tout de même ne pas perdre cette province.

    Des vivres et des munitions ont été largués aux soldats afghans, assiégés par les talibans. Contacté par RFI, le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur Sediq Sediqi, est pourtant optimiste. « J'espère que nous reprendrons très bientôt le contrôle des zones que nous avons perdues à Sangin dès que nos renforts arriveront sur place, dit-il. Nous sommes très confiants : nous pourrons bientôt repousser toute attaque des talibans. »

    Mais pour Thomas Ruttig, du réseau d'analyses afghan, joint par RFI à Kaboul, la situation n'est pas si encourageante. « Il faut s'attendre à ce que les combats durent un certain temps. Les talibans ont réussi à s'emparer presque entièrement du district. D'après ce que j'ai entendu, ils sont vraiment très proches de la zone où se trouvent le gouverneur et le quartier général de la police. »

    Des troupes britanniques sont également arrivées en renfort, mais uniquement pour « conseiller les forces afghanes ». Elles ne pourront pas se battre, pour respecter le cadre de la nouvelle mission de l'Otan sur place.

    Retour des Britanniques

    Officiellement, le « petit contingent » envoyé par Londres est uniquement chargé « d’épauler l’armée afghane ». Une mission de « conseil » conforme à l’esprit du nouveau mandat de l’Otan, les troupes britanniques n’étant pas appelées à se battre hors de leur base de Chorabak.

    Ce retour de l’Union Jack dans l’ancien camp bastion, où les soldats britanniques sont restés huit ans, témoigne de l’urgence de la situation. Selon un scénario qui rappelle la brève prise de Kunduz dans le nord du pays fin septembre, Sangin est désormais coupée de tout ravitaillement. Les routes sont minées. C’est donc par les airs que l’armée afghane continue d’acheminer vivres et munitions à ses troupes harcelées par les talibans. Les forces gouvernementales assiégées ne tiennent plus que la résidence du gouverneur et le quartier général de la police, selon une source citée par l’Agence France-Presse.

    Bastion des talibans au cœur de la bataille du Helmand, la conquête de Sangin marquerait une nouvelle humiliation pour Kaboul, dont les forces de sécurité sont seules sur le terrain depuis le retrait des troupes de l’Otan il y a un an. Sangin est également un symbole pour Londres. L’armée britannique y a perdu plus de 450 soldats, et plus d’un millier d’autres y ont été amputés ou gravement blessés jusqu'à son départ en octobre 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.