GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La question des «femmes de réconfort» agite Tokyo et Séoul

    media La manifestation de femmes de réconfort ici devant l'ambassade du Japon à Londres en novembre 2007. Cate Gillon/Getty Images

    Au Japon, la question des « femmes de réconfort », un système de prostitution mis en place par l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale, n’a jamais été vraiment réglée. Un accord a pourtant été signé en 1965, prévoyant de rétablir les liens diplomatiques entre Tokyo et Séoul. Le ministre japonais des Affaires étrangères doit rencontrer, ce lundi 28 décembre, son homologue coréen à Séoul.

    Le dossier empoisonne les relations entre le Japon et la Corée du Sud depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Séoul souhaite que le Japon se repente correctement : les autorités coréennes réclament des dommages et intérêts pour 46 « femmes de réconforts » toujours en vie. De son côté, Tokyo estime que l’accord signé en 1965 a mis un terme à cette polémique.

    Sous la pression des Etats-Unis, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a accepté la tenue d’une rencontre pour régler ce contentieux historique. Washington estime que l’intransigeance des Sud-coréens vis-à-vis de Tokyo va trop loin.

    200 000 « femmes de réconfort »

    Cette question des « femmes de réconfort » ne concerne pas que la Corée du Sud. Au total, 200 000 femmes, estiment les historiens – des Chinoises, des Indonésiennes ainsi que des ressortissantes d’autres nations asiatiques – ont été enrôlées de force dans les bordels de l’armée impériale japonaise.

    Le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, devra, ce lundi 28 décembre, faire preuve d’imagination pour contenter son homologue coréen. Il a promis récemment « de faire travailler ses méninges » pour y parvenir.

    Concernant la repentance, les autorités japonaises n’ont toujours pas précisé leur position. Quant aux indemnités, Tokyo pourrait, en revanche, proposer la mise en place d’un fonds spécial pour venir en aide aux Sud-coréennes victimes de ce système.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.