GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Expulsée de Chine, la journaliste Ursula Gauthier réagit sur RFI

    media La journaliste française Ursula Gauthier, lors d'une interview avec Reuters à Pékin, ce mardi 29 décembre 2015. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    Ursula Gauthier, la correspondante en Chine de l’hebdomadaire français L’Obs, a été expulsée du pays et doit rentrer ce mercredi 30 décembre en France, après six années passées à Pékin. Les autorités lui reprochent un article daté du 18 novembre dernier dans lequel, suite aux attentats de Paris, la journaliste évoquait les « arrières pensées » de Pékin dans son combat contre le terrorisme et la question de la répression de la minorité ouïghoure du Xinjiang. A la veille de son départ, elle réagit sur RFI.

    « Nous regrettons que le visa de Mme Ursula Gauthier n’ait pas été renouvelé. La France rappelle l’importance que les journalistes puissent exercer leur métier partout dans le monde. » Un ton mesuré et laconique pour le seul communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette timidité a été très critiquée, notamment par la direction de L'Obs.

    Ursula Gauthier, qui était ce mardi l'invitée de RFI, regrette l'attitude des autorités françaises. « Je trouve ça réellement dommage, je pense que les autorités se trompent en pensant qu’il ne faut pas fâcher la Chine. On peut parfaitement faire des affaires avec la Chine et être ferme sur les principes. Il n'y a qu’à suivre l’exemple d’Angela Merkel. C’est celle qui est la plus franche avec les Chinois et celle qui a les meilleures relations économiques. »

    La liberté de parole des correspondants en Chine menacée

    Et il est important de défendre les principes : Ursula Gauthier souligne qu'avec son expulsion, c'est la liberté de parole de tous les correspondants qui est menacée. « C’est certainement un message envoyé à la presse étrangère pour lui dire qu’à partir de maintenant, elle ne pourra pas écrire totalement librement sur des questions considérées comme sensibles par Pékin. »

    Joint par RFI, le Quai d'Orsay n'a pas souhaité s'exprimer davantage. De source diplomatique, on explique toutefois avoir tout fait pour éviter l’expulsion de la correspondante de L'Obs, mais en choisissant la discrétion, plutôt que le bras de fer face à l'absence de souplesse de Pékin. Et avec le souci aussi de ne pas mettre les autres journalistes français en difficulté.

    ■ Ecoutez l'intégralité de son interview sur RFI.

    Ursula Gauthier, correspondante en Chine du magazine «L'obs» 29/12/2015 - par Nathalie Amar Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.