GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Dernier jour en Chine pour la correspondante de L'Obs à Pékin

    media La journaliste française Ursula Gauthier, photographiée le 28 décembre 2015 dans son appartement à Pékin lors d'un entretien. AFP PHOTO / GREG BAKER

    La journaliste française Ursula Gauthier passe sa dernière journée en Chine. La correspondante de L'Obs, en poste depuis six ans à Pékin, se retrouve de facto expulsée pour un article qui n'a pas plu aux autorités chinoises. Le gouvernement a refusé de renouveler son visa de journaliste, qui expire le 31 décembre à minuit. Ursula Gauthier, qui reproche à la France de ne pas avoir suffisamment protesté contre son expulsion, passera donc le réveillon dans un avion.

    De notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

    Ursula Gauthier a bouclé ses valises et un dernier article. Les déménageurs ont vidé son appartement. Et ce jeudi matin, elle est allée à la banque fermer son compte bancaire chinois. « C'est irréaliste, trop bizarre », commente la correspondante de L'Obs à Pékin depuis six ans. Ursula Gauthier parle couramment mandarin, et avait déjà vécu en Chine entre 1979 et 1989.

    Pour se rendre à l'aéroport, la journaliste sera accompagnée de deux diplomates de l'ambassade de France à Pékin. Son avion décolle à une 1 h du matin le 1er janvier. Mais Ursula Gauthier a prévu de prendre le soin de passer l'immigration avant minuit, l'heure à laquelle son visa expire. Il n'y a pas d'expulsion manu militari, mais le refus des autorités de lui renouveler sa carte de presse en Chine conduit au même résultat.

    Pour les médias chinois, contrôlés par Pékin, Ursula Gauthier restera celle qui soutient le terrorisme au Xinjiang, la province d'où sont originaires les Ouïghours, une ethnie musulmane et turcophone. C'est faux, répond la correspondante de L'Obs : « J'ai juste voulu expliquer les origines de la colère des Ouïghours », se défend-elle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.