GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Narendra Modi en visite sur la base militaire attaquée au Pendjab

    media Le Premier ministre indien s'est rendu sur la base militaire de Pathankot le 9 janvier 2016, une semaine après l'attaque dans laquelle sept soldats ont perdu la vie. PIB / AFP

    Le Premier ministre indien, Narendra Modi, s'est rendu ce samedi 9 janvier au soir sur la base aérienne de Pathankot, au Pendjab. Un lieu stratégique qui a été la cible d'une attaque terroriste samedi 2 janvier, revendiquée par un groupe du cachemire pakistanais. Six assaillants avaient réussi à pénétrer dans cette base et à se retrancher pendant plus de trois jours, avant d'être abattus. Sept militaires indiens ont également perdu la vie. Cette faille de sécurité a été critiquée par l'opposition et pourrait remettre en cause le dialogue en cours entre New Delhi et Islamabad.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Narendra Modi a réalisé un survol en hélicoptère de la base aérienne, située près de la frontière pakistanaise, avant de passer plus d'une heure au sol avec les responsables militaires et du renseignement.

    Même s'il a déclaré qu'il était « satisfait » de la riposte anti-terroriste de la semaine dernière, cette visite semblait nécessaire pour analyser ses « failles », selon les mots du ministre de la Défense. Celles qui ont permis l'intrusion de six assaillants pakistanais dans cette base stratégique de l'armée. La collusion d'officiers indiens, et particulièrement d'un policier apparemment pris en otage mais libéré sain et sauf, n'est pas à exclure.

    → A (re)lire : Inde: que sait-on sur l'attaque de la base militaire de Pathankot ?

    Un chercheur consulté par RFI critique également le manque de coordination entre les différents services de renseignements nationaux, régionaux et militaires, qui aurait êmpéché de savoir rapidement combien de terroristes étaient retranchés dans la base. Le Premier ministre devra maintenant décider s'il maintient la réunion des secrétaires d'Etat aux affaires étrangères indiens et pakistanais, prévue le 15 janvier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.