GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: pourparlers de paix et violents affrontements dans l'est

    media Rencontre symbolique avec des groupes rebelles armés en Birmanie organisée par le gouvernement sortant qui doit passer la main au gouvernement formé par l'opposante Aung San Suu Kyi, Naypyidaw, le 12 janvier 2016. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Près de 700 hommes politiques, représentants des groupes ethniques armés et militaires sont réunis ce 12 janvier 2016 à Naypyidaw, la capitale politique birmane. Ils entament des pourparlers politiques qui doivent permettre une paix durable dans un pays miné par de nombreux conflits ethniques depuis l’indépendance. Mais parallèlement à cette conférence sur la paix, les combats entre l’armée gouvernementale et plusieurs groupes rebelles armés se poursuivent sur le terrain. 

    Avec notre correspondant à Naypyidaw, Rémy Favre

    Discuter de paix tout en faisant la guerre, c’est ce qui se passe en ce moment en Birmanie. Militaires, hommes politiques, et rebelles sont réunis dans une grande salle de conférence dans la capitale politique, Naypyidaw, où ils vont négocier, pendant des mois, peut-être des années, pour former un Etat démocratique, fédéral et laïc.

    A quelques centaines de kilomètres de là, des coups de feu, des hélicoptères de combat et des centaines de nouveaux déplacés. Les affrontements ont été particulièrement violents ces dernières semaines dans les Etats Shan, à l’est de la Birmanie, et Arakanais, à l’ouest où un nouveau groupe ethnique vient d’entrer en conflit avec l’armée gouvernementale pour des questions de contrôle de territoire. Ces insurrections particulièrement actives en ce moment sont exclues du processus de paix.

    Certains groupes rebelles n’y voient pas de problème: ils estiment que le gouvernement a tout de même compris qu’il fallait faire la paix pour développer économiquement le pays et que cela prendra forcément beaucoup de temps. D’autres en revanche doutent de la sincérité de l’armée. Cette dernière a souvent eu pour stratégie de diviser les forces démocratiques et ethniques pour mieux régner.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.