GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le chef de la diplomatie nord-coréenne n'ira pas à Davos

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un assiste à un exercice militaire en avril 2014 (image fournie par l'agence officielle KCNA). Reuters

    Le chef de la diplomatie nord-coréenne vient de se voir retirer son invitation au 46e forum annuel de Davos, le 20 janvier prochain en Suisse. Une décision qui fait suite au quatrième essai nucléaire mené par la Corée du Nord au début du mois de janvier.

    Décidemment, la stratégie du chaud et du froid n’est plus aussi efficace qu’elle ne l’a été pour Pyongyang. A la surprise générale, début janvier 2016, la Corée du Nord a répondu positivement à l’invitation de Davos. Le régime des Kim souhaitait même envoyer Ri Su-yong, son ministre des Affaires étrangères dans la station de ski des leaders du capitalisme mondial … autant dire une première en 18 ans !

    Bronca dans le monde entier

    Un pas en avant, et trois en arrière… Moins de 24 h plus tard, la Corée du Nord annonçait avoir mené son premier essai de « bombe à hydrogène », déclenchant la bronca des capitales du monde entier, y compris celle de l’allié chinois. C’est le deuxième retour de bâton pour Pyongyang en quelques semaines. Probablement sur les conseils de Pékin, le régime tentait ces derniers temps d’afficher une image plus lisse, davantage tournée sur l’économie que sur le militaire. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2011, Kim Jong-un a d'ailleurs mis la croissance au centre de sa politique.

    Méfiance de la Corée du Sud

    L’amélioration des conditions de vie des Nord-coréens figurait ainsi dans les « priorités absolues » du discours du Nouvel An du jeune leader. Avec la relance ces derniers mois de plusieurs projets de zones économiques spéciales à la frontière entre Chine et Corée du Nord, avec l’ouverture de nouveaux centres de loisirs et de nouvelles zones résidentielles à Pyongyang, avec aussi la volonté de réouvrir le mont Kumgang, les montagnes du diamant aux touristes Sud-coréens, Pyongyang en avait fait le point central des pourparlers avec Séoul en décembre 2015. Ces dernières discussions n’ont rien donné, la Corée du Sud se méfiant visiblement du prochain coup de patte du rival nord-coréen, après les promesses d’avenir.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.