GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Xi Jinping au Moyen-Orient pour renforcer les relations diplomatiques

    media Le président chinois Xi Jinping effectuera des visites d'Etat la semaine prochaine en Arabie saoudite, en Egypte et en Iran. REUTERS/Fred Dufour/Pool

    Le président chinois entame une tournée au Moyen-Orient à partir de mardi 19 janvier. Trois étapes sont au programme de Xi Jinping : l’Egypte, mais aussi l’Iran et l’Arabie saoudite. La Chine cherche à renforcer son poids diplomatique dans la région, mais en pleine crise entre Riyad et Téhéran, Pékin va devoir jouer les équilibristes pour ne froisser aucun des deux rivaux saoudien ou iranien.

    Iran, Arabie saoudite ? Hors de question pour la Chine de choisir le camp de l’un ou l’autre. Depuis début janvier, le royaume sunnite des Al-Saoud et la République islamique d’Iran, chiite, sont en rupture totale. Plus de relations diplomatiques, plus de liens économiques et même les liaisons aériennes entre les deux pays sont suspendues.

    Au milieu de ce chaos, cette visite du président chinois, la première dans la région depuis son arrivée au pouvoir il y a trois ans, s’annonce délicate, mais Xi Jinping devrait pouvoir trouver le juste équilibre. Cela sera facilité par la politique étrangère de la Chine qui consiste à ne pas s’ingérer dans les problèmes des autres pays.

    La deuxième économie mondiale préfère se concentrer sur l’essentiel : les relations commerciales. Frappée par des sanctions économiques, l’Iran s’était déjà tournée vers la Chine. Avec l’accord sur le nucléaire et l’ouverture du marché iranien, Pékin compte bien préserver, voire renforcer, sa relation privilégiée avec Téhéran.

    Côté saoudien, la Chine compte bien profiter des tensions entre les Al-Saoud et Washington. Riyad reproche à son allié historique ses infidélités et son rapprochement avec l’Iran. Une opportunité pour Pékin qui invitera certainement Riyad à oublier un peu l’Occident et regarder davantage vers l’Extrême-Orient.

    → A lire aussi : Washington joue l’apaisement entre Riyad et Téhéran

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.