GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Attentat à Jakarta: un assaillant identifié comme un islamiste radical

    media L'islamiste radical Afif, alias Sunakim, s'apprête à tirer sur la foule le 14 janvier 2016, dans le centre de Jakarta. XINHUA/AFP

    Deux jours après les attentats-suicides et les attaques à main armée coordonnées qui ont frappé le centre de Jakarta, l’enquête progresse. Les autorités indonésiennes ont annoncé samedi 16 janvier l’arrestation de douze suspects et l’identification de 4 des 5 assaillants tués par la police. L’un d’eux serait un extrémiste islamiste, libéré l’an dernier de prison et dont la photo s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux indonésiens.

    La photo est glaçante. Un jihadiste armé s’apprêter à tirer sur la foule. L’homme qui porte un jean, une casquette et un T-shirt noir a été formellement reconnu par la police comme Afif, alias Sunakim, un islamiste radical qui s’est entraîné en 2010 dans un camp paramilitaire dans la province semi-autonome d’Aceh, sur l’île de Sumatra. Afif avait été condamné à sept ans de prison pour son implication dans ce camp illégal, avant d’être libéré l’an passé.

    La police a précisé que l’homme avait été recruté, pour l’organisation Etat islamique, par l’extrémiste islamiste indonésien Bahrun Naim. Il serait le fondateur de Katibah Nusantara, un groupuscule lié à Daech. La police le soupçonne d’avoir orchestré les attaques de jeudi 14 janvier depuis la Syrie. Naim avait été arrêté en 2010 pour possession illégale de munitions et condamné à un an de prison. Il se trouverait aujourd’hui en Syrie.

    Selon différentes sources, quelques 500 islamistes indonésiens sont partis combattre là-bas. Depuis jeudi, l’Indonésie est en état d’alerte maximale. Des raids et des perquisitions se poursuivent à travers tout le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.