GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Taïwan: victoire écrasante de Tsai Ing-wen à l'élection présidentielle

    media Tsai Ing-wen va offrir à son parti sa deuxième présidence depuis les deux mandats de Chen Shui-bian (2000-2008). Reuters/Damir Sagolj

    La candidate de l'opposition à Taïwan, Tsai Ing-wen, a enregistré, ce samedi 16 janvier, une victoire électorale écrasante et devient, du coup, la première femme présidente de l'île. Elle inflige une défaite cinglante au parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT), artisan du rapprochement avec Pékin.

    C’est une victoire historique. A 59 ans, Tsai Ing-wen, la candidate du Parti démocratique progressiste (PDP) devient la première femme présidente dans l'histoire de Taïwan. D'après les chiffres communiqués par la télévision, sa victoire prend la forme d'un véritable raz-de-marée puisqu'elle récolte 56% des voix contre 31% pour Eric Chu, le candidat du Kuomintang (KMT).

    Les partisans de celle qu'on appelle déjà la « Angela Merkel de l'Asie » demandent une politique plus musclée vis-à-vis de Pékin, mais dans sa première déclaration, Tsai Ing-wen a choisi un ton plutôt conciliant, rapporte notre envoyée spéciale à Taipeh, Heike Schmidt. « Notre souhait commun à nous tous est le maintien de la paix et de la stabilité entre les deux rives du détroit de Taiwan », a-t-elle dit devant plus de 20 000 partisans, mais tout en appelant Pékin à respecter le « système démocratique, l’identité nationale et l’intégrité territoriale de Taiwan. »

    Selon des experts, la victoire de Tsai Ing-wen va inévitablement compliquer, voire dégrader, les relations entre Taïwan et la Chine. En votant massivement pour la candidate du PDP, principal parti d'opposition, les Taïwanais ont clairement exprimé leur souhait de tourner le dos à des années de rapprochement avec Pékin. En effet, le KMT menait depuis huit ans une politique inédite de réchauffement avec le régime communiste chinois sous l'égide de Ma Jing-jeou.

    Le KMT reconnaît sa défaite

    Tsai Ing-wen et son parti démocratique progressiste ont infligé une défaite historique aux nationalistes du Kuomintang qui perdent non seulement la présidence, mais aussi la majorité au yuan législatif, le Parlement taïwanais. Le PDP a remporté pour la première fois la majorité des 113 sièges au Parlement monocaméral aux législatives qui se déroulaient samedi également. C’est une première.

    Le KMT a rapidement reconnu sa défaite samedi. « Je suis désolé... Nous avons perdu. Nous n'avons pas travaillé assez dur et nous avons déçu les attentes des électeurs », a déclaré Eric Chu, au siège du Kuomintang.

    Eric Chu a annoncé sa démission comme chef du parti dans la foulée, s'inclinant profondément en signe de contrition devant les sympathisants en plein désarroi du KMT. « Nous voulons féliciter le PDP pour sa victoire », a ajouté le dirigeant, « c'est le mandat du peuple de Taïwan » qui est « le plus grand vainqueur ». La politique de la main tendue vers la Chine a été fatale aux nationalistes.

    Eric Chu, le chef du Kuomintang (KMT) et candidat malheureux à la présidentielle a annoncé sa démission comme chef du parti. REUTERS/Olivia Harris

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.