GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Congrès du PC: quelle ligne politique pour l'avenir du Vietnam?

    media Le numéro un vietnamien Nguyen Phu Tron (à gauche), photographié ce jeudi 21 janvier à Hanoï en compagnie du Premier ministre Nguyen Tan Dung. REUTERS / POOL / HOANG DINH Nam

    Qui dirigera le Vietnam au cours des cinq prochaines années ? C’est la question à laquelle devra répondre le XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien, qui s’est ouvert à Hanoï ce jeudi 21 janvier 2016. Il doit désigner les trois plus hauts dirigeants du pays. D'habitude, tout est conclu des mois à l'avance. Mais cette année, rien ne semble joué.

    Avec notre correspondant au Vietnam,  Frédéric Noir

    Au Vietnam, pays de 90 millions d’habitants, les gens ont pris l’habitude de ne pas parler politique. Mais ces derniers jours, il est difficile d’éviter le sujet. Dans toutes les rues ou presque, des posters accrochés aux murs annoncent la tenue du XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien.

    Deux lignes

    Ce grand rendez-vous est l'occasion de désigner le secrétaire général du Parti, le président et le Premier ministre. La liberté d’expression étant étroitement surveillée dans le pays, les gens se défoulent sur les réseaux sociaux où ils n’hésitent pas à afficher leurs pronostics et à relayer des rumeurs.

    Il faut dire que, cette année, les dés sont loin d’être jetés. Deux factions s’affrontent. D'un côté : la vieille garde, représentée par le secrétaire général du parti Nguyen Phu Trong, un conservateur. De l'autre : la faction réformatrice du Premier ministre Nguyen Tan Dung.

    Ce dernier, considéré comme pro-occidental, a supervisé l'adhésion du Vietnam à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et plus récemment la participation du pays au Partenariat Transpacifique (TPP) sous l'égide des Etats-Unis. Moins dogmatique, Dung est soutenu par les milieux d’affaires.

    Enjeux régionaux

    Le Premier ministre traîne en revanche quelques casseroles. Certains lui reprochent son implication dans l’endettement colossal de certains grands groupes d’Etat, et à titre plus personnel, les ascensions fulgurantes de son fils au sein de l’appareil d’Etat, et de son beau-fils, qui possède la franchise McDonald's.

    Face à Dung se dresse donc le chef sortant du Parti, Nguyen Phu Trong, véritable homme fort qui dicte la ligne du Vietnam. C’est à lui que l’on doit un durcissement de la répression à l’égard des militants des droits de l’homme et des contestataires.

    Le Congrès durera jusqu'au 28 janvier. Quel qu’en soit le résultat, il pèsera sur les relations entre Hanoï, Pékin et Washington, que l’élite du Parti considère désormais comme un allié sûr, face à l’influence grandissante de la Chine dans la région.


    Faut-il y voir un signe, ou un mauvais présage pour ce Congrès ? Une tortue géante et presque centenaire est morte mardi soir à Hanoï. La tortue est considérée comme le symbole de la lutte pour l'indépendance du Vietnam. Le régime semble prendre la superstition très au sérieux. Il a rapidement fait effacer toutes les informations relatives à cet événement. RFI

    Consulter le site internet de RFI en langue vietnamienne

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.