GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Présidentielle au Ghana: le président sortant a concédé sa défaite (parti)
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    «Rafale»: Inde et France d’accord sur la vente, mais pas sur le prix

    media Trente-six chasseurs «Rafale» seront donc sans doute bientôt vendus à l'Inde. AFP PHOTO / ECPAD

    C'était l'un des principaux enjeux de la visite d'Etat de François Hollande à New Delhi : l'Inde et la France ont conclu un accord intergouvernemental pour l'achat de 36 chasseurs multirôle Rafale, fabriqués par Dassault Aviation, mais tout n'est pas réglé. Les modalités financières restent à définir, a annoncé, ce lundi 25 janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi.

    Avec notre envoyé spécial à New Delhi, Guillaume Naudin

    Pour François Hollande, c’est une étape décisive sur le chemin de la vente des chasseurs Rafale à l’Inde. L’accord signé ce lundi à New Delhi fixe les détails de ce qui sera livré, et cela inclut notamment l’armement.

    Reste un détail non négligeable : le prix des 36 avions de combat qui reste en discussion. Le président a parlé d’une conclusion dans les prochains jours, même si son entourage compte plutôt ce délai en semaines.

    L'intendance suivra

    Quoi qu’il en soit, le sentiment qui prédomine à l’Elysée, c’est que l’intendance suivra, à charge pour Dassault Aviation, constructeur du Rafale, de trouver un accord.

    C’est que le président ne pouvait pas se permettre de rentrer les mains vides sur ce dossier hautement sensible et symbolique, véritable course d’obstacles. Elle avait commencé au mois d’avril lorsque le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait déclaré son intention d’acheter des avions fabriqués en France, et non en Inde, comme il en était question précédemment.

    C’était une déclaration, c’est devenu un accord, s’est félicité François Hollande qui va pouvoir rentrer à Paris, certes avec une signature, mais pas encore avec un chèque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.