GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: Pékin et Washington d'accord pour une action commune

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi, ce 27 janvier à Pékin. REUTERS/Jason Lee

    La Chine et les Etats-Unis sont tombés d’accord lors de pourparlers ce mercredi à Pékin : une nouvelle résolution de l’ONU sur le programme nucléaire de la Corée du Nord est nécessaire. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire d’Etat américain John Kerry à la suite de sa rencontre avec son homologue chinois Wang Yi.

    Le secrétaire d’Etat américain John Kerry souhaite une résolution « forte » avec des mesures « significatives » qui forceront Pyongyang de mettre fin à son programme nucléaire. Car, comme le dit John Kerry, la Corée du Nord représente « une menace déclarée pour le monde ».

    Pékin pas contre une résolution à l'ONU

    Une résolution ? Pékin n’est pas contre. Mais les opinions divergent sur d’éventuelles sanctions économiques. Un embargo sur les exportations de pétrole ou une interdiction de survoler l’espace aérien chinois pour des avions civils nord-coréens, évoqués par Washington, n’est pas à l’ordre du jour ici, « car une crise humanitaire affecterait largement la Chine, voisin le plus proche de la Corée du Nord », note le Global Times.

    Pékin craint les réfugiés nord-coréens

    « Ce serait trop naïf de la part des Etats-Unis de vouloir nous mener par le bout du nez », rappelle le journal proche du parti communiste aux Américains. Pékin avait en effet critiqué le quatrième essai nucléaire nord-coréen, intervenu le 6 janvier 2016. Mais depuis, aucune mesure concrète pour sanctionner Pyongyang n’a été prise. Un effondrement du régime de Kim Jong-un ne serait pas dans l’intérêt de Pékin, qui craint de voir un flux important de refugiés franchir sa frontière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.