GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les voisins de la Corée du Nord inquiets d'un nouveau tir de missile

    media Photo satellite datée du 25 janvier 2016 du site nord-coréen de lancement de fusées connu sous le nom de Sohae. © CNES 2016 Distribution Airbus DS

    La Corée du Nord a annoncé qu’elle allait procéder en ce mois de février au tir d'une fusée porteuse d’un satellite, un tir largement considéré comme un test de missile balistique pouvant porter à terme une charge nucléaire. Les pays de la région sont furieux, d’autant que cette annonce intervient moins d’un mois après le dernier essai nucléaire nord-coréen.

    Pyongyang a pris de vitesse l’ONU, qui cherche encore à apporter une réponse commune au quatrième test de bombe nucléaire, le 6 janvier dernier. La Corée du Nord a annoncé, mardi 2 février, que le nouveau tir sera effectué entre le 8 et le 25 février. Manifestement il s’agit de le faire coïncider avec l’anniversaire de Kim Jong-il, le père de l’actuel dictateur Kim Jong-un.

    Tokyo a immédiatement réagi : « Ce missile que la Corée du nord appelle "satellite" » sera détruit s’il s’avère qu’il vise le territoire japonais. Tokyo comme Séoul ont demandé à Pyongyang de renoncer à ce projet qui pour Séoul ferait peser « une menace grave » sur la paix et la sécurité mondiale. L’allié américain brandit de son côté de « dures » sanctions à l’ONU.

    Mais depuis le dernier essai nucléaire nord-coréen, Washington a déjà du mal à convaincre Pékin, l’allié traditionnel de Pyongyang, de durcir les sanctions existantes : la Chine est certes opposée au programme nucléaire de son voisin mais elle s’oppose à toute sanction ferme, parlant de la difficile situation humanitaire de la population nord-coréenne. En fait elle craint surtout un effondrement du pays qui lui sert toujours de tampon avec la Corée du Sud où sont installés de nombreux soldats américains.

    La question est maintenant de savoir si cette nouvelle annonce va permettre aux Etats-Unis d’augmenter leur pression sur la Chine pour de nouvelles sanctions, ou si elle ne va rien changer - un test de missile balistique étant moins important qu'un essai nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.