GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
    • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
    • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e
    • France: deux surveillants agressés à Longuenesse (nord) par un détenu et conduits à l'hôpital
    • Nucléaire: Jean-Yves Le Drian se rendra le 5 mars en Iran (officiel)
    Asie-Pacifique

    Séisme de Taïwan: le temps des interrogations

    media Plus de 300 personnes se trouvaient à l'intérieur du Wei Guan Golden Dragon, un immeuble de 17 étages, lorsqu'il s'est effondré le 6 février à Taïwan. REUTERS/Pichi Chuang

    Le séisme d’une magnitude 6,4 qui a frappé Taïwan samedi 6 février a fait au moins 24 morts et des centaines de blessés, selon un bilan encore provisoire. Avec des questions qui ressurgissent quant à la sécurité des bâtiments effondrés.

    Après le choc, les interrogations. Comment un immeuble de 17 étages a pu s’effondrer comme un château de cartes à Tainan ? La question posée par les réseaux sociaux est accompagnée de photos de ce qui reste du Wei Guan Golden Dragon.

    Plus de 300 personnes se trouvaient dans cette tour, lorsque la terre a tremblé samedi. Cent soixante et onze ont été sauvées dans les heures qui ont suivi la catastrophe, selon le centre des secours de Tainan, alors que 132 sont restées coincées dans les décombres.

    Dans un pays qui s’est habitué à vivre avec les séismes – on en compte plusieurs dizaines par an –, certains internautes s’interrogent sur le respect des normes sismiques. Une enquête a été ouverte, a fait savoir Chen Wei-zen, le ministre de l’Intérieur, qui rappelle que le Wei Guan Golden Dragon ne figurait pas dans une liste de bâtiments dangereux.

    Les images diffusées sur Twitter semblent pourtant alarmantes. On y voit très distinctement des bidons d’huile de cuisson fixés dans le ciment des piliers de la tour. Certains commentateurs font le rapprochement avec les pratiques peu scrupuleuses de certaines entreprises qui par mesure d’économie rajoutent du sable dans le béton. D’autres expliquent que ces bidons en métal sont parfois utilisés pour alléger les structures non porteuses de manière à réduire le poids global de l’édifice.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.