GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Corée du Sud décide de fermer la zone industrielle de Kaesong

    media Située à une dizaine de kilomètres de la frontière, côté nord-coréen, Kaesong emploie 53 000 Nord-Coréens, dans 124 entreprises manufacturières sud-coréennes, essentiellement dans la confection, l'électronique et la production chimique. Reuters/Lee Jin-man

    La Corée du Sud a annoncé la suspension « complète » des activités de la zone industrielle inter-coréenne de Kaesong. Une mesure de représailles très forte, en réponse au récent tir de missile et aux essais nucléaires menés par la Corée du Nord. Située en territoire nord-coréen, cette zone industrielle ouverte en 2004 emploie plus de 50 000 ouvriers du Nord et représente l'une des principales sources de devises pour le régime de Pyongyang. C'était aussi le dernier endroit où des Coréens des deux côtés de la frontière travaillent ensemble.

    De notre correspondant à SéoulFrédéric Ojardias

    C'est le dernier projet de coopération entre les deux Corées qui s'effondre. L'année dernière, le parc de Kaesong a apporté 120 millions de dollars au régime nord-coréen, « des fonds qui ont servi à améliorer ses armes nucléaires et ses missiles balistiques », accuse Séoul.

    La Corée du Sud se devait de réagir fermement après l'essai nucléaire de son voisin nord-coréen ; elle pouvait difficilement continuer de lui fournir une telle manne financière tout en exigeant des sanctions internationales toujours plus fortes.

    Kaesong, où 124 entreprises du Sud emploient 54 000 ouvriers du Nord, avait pourtant résisté jusque-là à toutes les turbulences des relations entre les deux Corées, notamment le bombardement d'une île du Sud par l'artillerie du Nord en 2010. Sa fermeture est un signal très fort envoyé par Séoul.

    La décision est déjà critiquée par l'opposition sud-coréenne, qui estime que l'arrêt total de tous les échanges avec le Nord risque d'aggraver encore davantage les tensions sur la péninsule.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.