GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Corées: Pyongyang accuse Séoul de lui avoir «déclaré la guerre»

    media Un douanier monte la garde à la frontière sud-coréenne en direction de la zone industrielle de Kaesong, le 11 février 2016. REUTERS/Kim Hong-Ji

    Tensions sur la péninsule coréenne. La Corée du Nord a tapé du poing sur la table et a ordonné aux derniers Sud-Coréens se trouvant dans la zone industrielle conjointe de Kaesong, située en Corée du Nord, d’évacuer. Mercredi, la Corée du Sud avait annoncé la suspension « complète » de toutes les activités de cette zone qui représentait l’une des principales sources de devises du régime de Pyongyang. Une mesure de représailles très forte faite en réponse au récent tir de missile et essai nucléaire menés par la Corée du Nord.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    La situation s’envenime à Kaesong. La Corée du Nord a qualifié la décision sud-coréenne de fermer la zone de « dangereuse déclaration de guerre ». Le régime a annoncé que son armée prenait le contrôle de la zone industrielle, et que tous les équipements et les produits des 124 usines sud-coréennes seraient saisis. Une ligne de communication militaire a aussi été coupée.

    Les 280 Sud-Coréens qui se trouvaient toujours dans la zone ont été autorisés à franchir la frontière, en n’emmenant avec eux que des effets personnels.

    Si dans le passé les activités de Kaesong ont déjà été suspendues, c’est la première fois que le Sud prend la décision de mettre la clé sous la porte pour cesser de fournir des devises au Nord. Séoul a conditionné une éventuelle réouverture de Kaesong à des gestes de dénucléarisation du régime, ce qui est largement improbable pour le moment.

    La fermeture aura un coût économique certain pour la Corée du Sud. Mais celle-ci perd surtout une zone tampon qui lui permettait de s’assurer que les tensions avec Pyongyang ne dépassaient pas une certaine limite. Cette assurance a désormais disparu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.