GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Août
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Aujourd'hui
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous avons décidé de saisir la Cour et de montrer au monde la fabrication d'un pouvoir généré par ordinateur», a déclaré Raila Odinga lors d’une conférence de presse ce mercredi 16 août à Nairobi. Le candidat de l’opposition kényane, donné battu par Uhuru Kenyatta, ne reconnaît pas les résultats proclamés par la Commission électorale indépendante, et juge que le scrutin a été entaché de fraudes. «Ce n’est que le début, nous n’allons pas accepter [le résultat] et aller de l’avant», a-t-il par ailleurs déclaré.

    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: des ONG lèvent un bout de voile sur la torture des détenus

    media L'armée nationale thaïlandaise en parade à Bangkok, le 18 janvier 2016. REUTERS/Chaiwat Subprasom

    En Thaïlande, un rapport publié par des ONG locales affirme que la police et les militaires torturent systématiquement les suspects détenus dans le sud à majorité musulmane du pays. La junte militaire, au pouvoir depuis mai 2014, nie ces allégations. Elle dénonce une campagne de dénigrement. La région du sud du royaume est en proie à une insurrection indépendantiste meurtrière depuis des décennies.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

    Cinquante-quatre victimes de torture durant leur détention dans des camps militaires ont apporté leur témoignage pour ce rapport publié par trois ONG thaïlandaises. Un chiffre qui probablement sous-estime l’ampleur du phénomène, car beaucoup de victimes ont tout simplement peur de témoigner.

    Les personnes soupçonnées de participer à l’insurrection séparatiste musulmane du sud sont violemment battues durant leur détention. Certaines subissent des simulacres d’étranglement ou de noyade. Elles sont aussi placées nues pendant de longues périodes dans des chambres réfrigérées.

    La junte au pouvoir dément les sévices

    A la fin de leur détention, les suspects sont contraints de signer un document attestant qu’ils n’ont pas été torturés. Des militaires menacent de tuer ou de violer des membres de leur famille si les détenus ne signent pas. Un rapport solidement étayé et accablant à l’encontre du régime militaire.

    Sans grande surprise, le pouvoir thaïlandais a réagi en disant que le rapport était sorti de l’imagination de ses auteurs, enclins à salir la réputation de la junte. Les accusations de torture par les militaires dans le sud du pays refont surface régulièrement ces douze dernières années. Mais jamais un officier n’a été condamné pour torture.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.