GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: manifestation d'avocats contre les «anti-patriotes»

    media Plusieurs centaines d'avocats ont défilé vendredi 19 février 2016 à New Delhi, menaçant de s'en prendre à nouveau aux «anti-patriotes», deux jours après l'agression, par des membres du barreau, d'un étudiant arrêté pour sédition. REUTERS/Anindito Mukherjee

    En Inde, le président de l'association des étudiants de l'université Jawaharlal Lal Nehru restera en prison au moins jusqu'à la semaine prochaine. La Cour suprême a refusé d'écouter sa demande de libération sous caution de l'étudiant, arrêté il y a une semaine pour sédition, en arguant qu'il devait d'abord faire cette requête auprès des Cours inférieures. L'arrestation de ce représentant d'une des plus grandes universités du pays a initié une importante vague de manifestations, opposant ceux qui affirment que cette université accueille des traîtres de la nation et les autres qui dénoncent une attaque politique du pouvoir central sur le monde universitaire.

    De notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    C'est donc la Cour d'appel qui examinera la semaine prochaine la demande de libération sous caution de l'étudiant Kanahyia Kumar. Ses avocats avaient directement fait appel à la Cour suprême, car ils affirmaient que c'était trop dangereux de se rendre dans d'autres tribunaux. Des craintes compréhensibles : le représentant de l'université Jawaharlal Lal Nehru, poursuivi pour sédition, a déjà été attaqué à deux reprises et blessé cette semaine par un groupe d'avocats survoltés, alors qu'il était escorté vers une Cour de première instance.

    La Cour Suprême avait alors condamné l'inaction de la police, mais les juristes n'ont pas été arrêtés. Une clémence suspecte, quand on sait que leur meneur est un militant du parti nationaliste hindou du BJP, au pouvoir dans le pays. Ces assaillants en robe noir affirment vouloir offrir une leçon à toute personne qui scandera des slogans anti-nationaux, un message défendu en coulisse par le pouvoir.

    Cependant, après une semaine de détention, aucune preuve n'a été rendue publique pour indiquer que l'étudiant en question a commis de tels actes.

    Manifestation à New Delhi le 18 février 2016, pour demander la libération de Kanhaiya Kumar de l'Université Jawaharlal Nehru leader (JNU) du syndicat étudiant accusé de sédition, à New Delhi, en Inde. REUTERS/Anindito Mukherjee

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.