GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: les combats entre rebelles fragilisent le processus de paix

    media Des soldats de l'Armée du Sud de l'Etat Shan, le 7 février 2016, lors d'une parade militaire. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Les Etats-Unis se disent profondément inquiets du regain de tensions dans l’Etat Shan, dans le nord-est de la Birmanie, où des milliers de personnes ont été déplacées, ces dernières semaines, suite à des combats entre différents groupes ethniques armés. Ces nouveaux affrontements fragilisent le processus de paix en cours dans le pays.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Elles s’accusent mutuellement d’exécutions extra judiciaires, torture, recrutements forcés… Depuis novembre, les rébellions Palaung et Shan combattent dans le nord-est de la Birmanie. Ces deux dernières semaines, les affrontements ont obligé plus de 4 300 civils à fuir leurs villages.

    Auparavant, les conflits ethniques en Birmanie opposaient l’armée gouvernementale à des groupes rebelles locaux. Désormais, ce sont des armées rebelles qui se battent les unes contre les autres, vraisemblablement pour des questions de territoire. Les groupes ethniques de Birmanie sont particulièrement divisés depuis mi-octobre. En effet, certains groupes ont accepté de signer un accord de cessez-le-feu avec le gouvernement tandis que d’autres ont refusé.

    Cette fracture entre groupes insurgés met en péril le processus de paix déjà complexe du fait du nombre élevé de rébellions. En tout, il y en a une vingtaine et certaines guerres ethniques durent depuis plus de 60 ans.

    La résolution de ces conflits va maintenant incomber à la Ligue nationale pour la démocratie qui va former un gouvernement en avril. Le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi va devoir concilier les positions divergentes des rebelles et de l’armée qui s’est montrée très indépendante du pouvoir politique ces cinq dernières années.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.