GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: au moins douze morts dans des violences de caste

    media Des membres de la caste Jat sont entourés par la police lors d'une manifestation, le 21 février 2016, à New Delhi. REUTERS/Adnan Abidi

    De violents affrontements ont eu lieu ce dimanche 21 février entre la police et les manifestants dans l'Etat de l'Haryana, proche de New Delhi. Les membres de la caste des Jats, des fermiers connus pour leur attitude guerrière, manifestent depuis plus d'une semaine pour réclamer leur inclusion dans la catégorie des castes les moins avancées afin de bénéficier de places dans l'administration et les universités. Ces derniers jours, ils ont brûlé des stations de train, un centre commercial et ont bloqué les principales autoroutes d'accès de la capitale ainsi que l'un des grands canals qui alimente New Delhi en eau. Douze personnes sont mortes dans ces affrontements.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

    L'armée a envoyé des gaz lacrymogènes pour déloger les manifestants qui avaient bloqué le canal de Munak, l'une des principales sources d'eau de New Delhi. L'équipement a été endommagé et 60% de la capitale est maintenant rationnée en eau. Cette crise a forcé le gouvernement régional à fermer les écoles de New Delhi lundi.

    Les Jats, une communauté rurale connue pour sa violence, ont également pris d'assaut les autoroutes d'entrée dans la capitale et des dizaines de milliers de touristes sont bloqués dans les villes du nord.

    Il y a un an, le gouvernement précédent de la région de l'Haryana, frontalière à New Delhi, avait octroyé un quota de 10% des places dans l'administration et l'enseignement public pour les Jats, qui représentent près d'un tiers de la population de cet Etat. Mais la Cour suprême a annulé cette mesure en juillet.

    Les Jats réclament maintenant leur inclusion dans la catégorie des castes les moins avancées, bien qu'ils soient relativement aisés, afin d'obtenir des quotas similaires. Le gouvernement vient d'accepter d'inclure cette réforme à l'agenda du Parlement local mais il faut désormais attendre de voir si cette simple promesse suffira à apaiser ces manifestants ravageurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.