GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: une manifestation d'hologrammes pour les libertés

    media Amnesty International a fait défiler des hologrammes représentant des manifestants dans le centre de Séoul, le 24 février 2016. REUTERS/Kim Hong-Ji

    Une manifestation un peu particulière a eu lieu mercredi à Séoul. Des hologrammes ont défilé pour protester contre les atteintes à la liberté de se réunir et de manifester en Corée du Sud. L'événement est organisé par l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International, à la veille du troisième anniversaire de l'investiture de la présidente, Park Geun-hye. L'ONG accuse le gouvernement d'accroître la répression policière contre les manifestations depuis la tragédie du naufrage du ferry Sewol il y a deux ans.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Ils sont une vingtaine d'hologrammes bleutés, des images en 3D de manifestants qui passent et repassent devant le palais illuminé de Gyeongbokgung, en plein cœur de Séoul. Un coup médiatique réussi : les journalistes sont venus en masse couvrir cette manifestation fantôme.

    « Ces hologrammes symbolisent la disparition du droit de réunion, ce qui est une tendance récente et très inquiétante, rapporte Tom Rainey Smith est coordinateur de l'ONG Amnesty International. En particulier dans l'endroit où nous nous trouvons, entre le siège de la présidence et la place de Gwanghwamun, les manifestations sont systématiquement interdites. Nous sommes donc ici pour souligner que ce droit de réunion est un droit fondamental, auquel [le gouvernement] oppose des forces policière démesurées. Manifester à travers des fantômes est vraiment une mesure de dernier recours. »

    L'ONG a invité les Sud-Coréens à participer virtuellement en envoyant par internet des messages audiodiffusés lors de la manifestation. Si la Corée du Sud est l'un des démocraties les plus dynamiques d'Asie, les critiques de la présidente conservatrice Park Geun-hye accusent celle-ci de dérives de plus en plus autoritaires.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.