GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Macron sur l'Allemagne: la France n'a «pas intérêt à ce que ça se crispe»
    • Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, attendu jeudi en Russie (Kremlin)
    • Dopage dans le cyclisme: Bernard Sainz, surnommé «docteur Mabuse», placé en garde à vue (proche enquête)
    • Ordonnances: pour Philippe Martinez (CGT), une cinquième manifestation contre la réforme du Code du travail n'est «pas exclue» (CNews)
    • Kenya: la Cour suprême rejette les recours à l'unanimité et valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
    • Environ 300 femmes et enfants de jihadistes étrangers capturés à Mossoul transférés vers Bagdad (responsable)
    • Etats-Unis: le tueur psychopathe américain Charles Manson est mort à l'âge de 83 ans (médias)
    • Migrations: la France va accueillir les premiers réfugiés évacués de Libye par le HCR (Ofpra)
    • Auchan s'allie au géant chinois du commerce électronique Alibaba pour développer le commerce physique et numérique en Chine
    • La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini juge «très encourageantes» les discussions sur le retour des réfugiés rohingyas
    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: Pékin et Washington d'accord pour de nouvelles sanctions

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un, dans un cliché rendu public le 7 février 2016. REUTERS/Yonhap/Files

    Washington et Pékin sur la même longueur d’onde dans le dossier nord-coréen. Les Etats-Unis et la Chine se sont mis d’accord sur le fait qu’ils n’accepteraient pas que la Corée du Nord dispose de l’arme nucléaire, a indiqué la Maison Blanche. Une étape décisive vers une nouvelle résolution de l’ONU, et donc vers de nouvelles sanctions encore plus dures que les précédentes. Un pas que la Chine avait, jusqu'ici, refusé de franchir.

    Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

    Jusqu’à présent, la Chine, seule alliée de Pyongyang et de loin son premier partenaire économique, avait rechigné à s’aligner sur les Etats-Unis, de crainte de voir le régime nord-coréen s’effondrer. Pourquoi ? D'abord parce que Pékin veut à tout prix éviter de voir une vague de réfugiés franchir sa longue frontière avec la Corée du Nord. Ensuite, parce que ce pays sert, depuis qu'il existe, de tampon vis-à-vis de Séoul, traditionnellement très proche de Washington. Aujourd’hui, les Etats-Unis disposent de quelque 30 000 hommes en Corée du Sud.

    Mais les ambitions nucléaires de l’imprévisible dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ont fortement irrité les Chinois, comme le confirme l’éditorialiste du quotidien Global Times ce vendredi 26 février : « Pyongyang a commis une erreur terrible en développant ses capacités nucléaires, qui menacent sérieusement les intérêts nationaux de la Chine. » Le journal nationaliste prédit que les nouvelles sanctions, dont on ignore encore les détails, imposeront « une souffrance sans précédent » à la Corée du Nord. Mais le journal estime que cette punition est « méritée ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.