GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: Pékin et Washington d'accord pour de nouvelles sanctions

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un, dans un cliché rendu public le 7 février 2016. REUTERS/Yonhap/Files

    Washington et Pékin sur la même longueur d’onde dans le dossier nord-coréen. Les Etats-Unis et la Chine se sont mis d’accord sur le fait qu’ils n’accepteraient pas que la Corée du Nord dispose de l’arme nucléaire, a indiqué la Maison Blanche. Une étape décisive vers une nouvelle résolution de l’ONU, et donc vers de nouvelles sanctions encore plus dures que les précédentes. Un pas que la Chine avait, jusqu'ici, refusé de franchir.

    Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

    Jusqu’à présent, la Chine, seule alliée de Pyongyang et de loin son premier partenaire économique, avait rechigné à s’aligner sur les Etats-Unis, de crainte de voir le régime nord-coréen s’effondrer. Pourquoi ? D'abord parce que Pékin veut à tout prix éviter de voir une vague de réfugiés franchir sa longue frontière avec la Corée du Nord. Ensuite, parce que ce pays sert, depuis qu'il existe, de tampon vis-à-vis de Séoul, traditionnellement très proche de Washington. Aujourd’hui, les Etats-Unis disposent de quelque 30 000 hommes en Corée du Sud.

    Mais les ambitions nucléaires de l’imprévisible dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ont fortement irrité les Chinois, comme le confirme l’éditorialiste du quotidien Global Times ce vendredi 26 février : « Pyongyang a commis une erreur terrible en développant ses capacités nucléaires, qui menacent sérieusement les intérêts nationaux de la Chine. » Le journal nationaliste prédit que les nouvelles sanctions, dont on ignore encore les détails, imposeront « une souffrance sans précédent » à la Corée du Nord. Mais le journal estime que cette punition est « méritée ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.