GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: un pasteur protestant condamné à 14 ans de prison

    media Les autorités chinoises contrôlent toujours des véhicules près de Wenzhou deux jours après la démolition d'une église, le 28 avril 2014. MARK RALSTON / AFP

    Un tribunal chinois a condamné Bao Guohua, un pasteur protestant, à 14 ans de prison, une information confirmée lundi. Avec d’autres chrétiens, le pasteur s’était opposé à la démolition de croix surplombant les églises dans la province orientale du Zhejiang. Il est aujourd’hui jugé coupable de détournement de fonds et de trouble à l’ordre public. Son épouse écope elle de 12 ans d’emprisonnement.

    Après les militants, les avocats, les journalistes, les blogueurs, les enseignants, ce sont les croyants de l’ombre, l’Eglise souterraine du Zhejiang que Pékin veut faire taire. Ces verdicts très durs sont destinés à faire peur, à contenir une fronde qui agite l’un des bastions du président chinois - Xi Jinping y a été secrétaire du parti de 2002 à 2007.

    Depuis 2013, la campagne intitulée « Trois rectifications pour une démolition » soulève l’indignation au sein d’une population à 15 % protestante. Les autorités locales ont décidé d’abattre les croix sur les édifices religieux, des enseignes jugées « trop visibles » et qui selon les autorités « défigurent le paysage ». 1 200 croix ont déjà été démontées et plusieurs temples détruits.

    Mobilisation sur les réseaux sociaux

    L’été dernier, l'évêque « officiel » du diocèse de Wenzhou, rebaptisée la « Jérusalem de Chine » pour l’importance de sa communauté chrétienne, a publié une lettre cosignée par vingt-six de ses prêtres, demandant à « toutes les personnes animées par un sens de la justice d'élever la voix ensemble. »

    Au nord de Hangzhou, la capitale provinciale, vingt-deux protestants ont grimpé sur le toit d'un temple pour empêcher la destruction du calvaire, tandis que des messages sur les réseaux sociaux encouragent les fidèles à accrocher à leur fenêtre de petites croix en bois peintes en rouge en réponse à la brutalité des démolisseurs. Ces gestes ont été encouragés par les religieux et notamment par le pasteur Bao Guohua, aujourd’hui puni d’une peine de 14 ans d’emprisonnement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.