GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une semaine après le coup d'Etat raté en Turquie, l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International affirme dans un communiqué publié ce dimanche avoir réuni des «preuves crédibles» attestant de cas de tortures de détenus dans des centres de détention du pays. L'ONG évoque notamment des privations de nourriture et d'eau, des injures, menaces et, «dans les cas les plus graves», coups, tortures et viols.

    Asie-Pacifique

    Japon: un prisonnier de guerre survivant de la bombe atomique va être dédommagé

    media La cathédrale Urakami (c) en plein centre de Nagasaki détruite par le largage de la bombe atomique, le 9 août 1945. REUTERS/Shigeo Hayashi/Nagasaki Atomic Bomb Museum/

    Un ancien prisonnier de guerre néerlandais, âgé de 95 ans, qui se trouvait à Nagasaki au moment du bombardement atomique américain, va être dédommagé par le gouvernement japonais. C'est la première fois qu’un accord de ce type intervient entre un ancien prisonnier de guerre étranger et l'Etat japonais.

    Willy Buchel était à Nagasaki, le 9 août 1945, lorsque les Américains ont largué la seconde bombe atomique.

    Une bombe au plutonium plus puissante que celle à uranium qui avait anéanti, trois jours plus tôt, Hiroshima. Willy Buchel se trouvait dans un camp de prisonniers de guerre à 1,7 km de l'épicentre et il a survécu au second martyr atomique sur la plus chrétienne des villes japonaises.

    Mais cet ancien prisonnier de guerre aura dû attendre la toute fin de sa vie pour obtenir un dédommagement de la part de l'Etat japonais. Agé de 95 ans, il recevra l'équivalent de 8 800 euros pour tort moral.

    Pour la première fois, un tribunal de Nagasaki reconnait qu'un survivant de la bombe vivant en dehors du Japon peut prétendre à une compensation.

    Willy Buchel était rentré aux Pays-Bas en 1950. Il assure n'avoir pas reçu la même couverture médicale que celle offerte aux survivants japonais. Mais ces derniers aussi ont reçu une indemnisation tardive. Le gouvernement japonais a adopté une première loi sur les soins aux victimes des bombardements atomiques en avril 1957 seulement.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.