GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: nouveau retrait de l’armée dans une province du Sud

    media Des soldats afghans dans la province du Helmand, le 25 décembre 2015. REUTERS/Abdul Malik/Files

    L’armée afghane se retire à nouveau de la province rurale d'Uruzgan, dans le sud du pays. Ce repli intervient quelques semaines seulement après le retrait de ses troupes dans certains districts de la région du Helmand, fief historique du mouvement taliban. Ces retraits posent la question de la capacité des forces de sécurité afghanes à contrer seules les talibans depuis le départ des troupes de l’OTAN il y a plus d’un an.

    Avec notre correspondante à Kaboul Mélanie Kominek

    Les talibans ont été sans équivoque sur leur site internet le week-end du 5 et 6 mars : ils ne veulent pas négocier avec Kaboul et les Etats-Unis. Aucune négociation ne se fera également avec leurs anciens partenaires historiques qui plaident aujourd’hui pour la paix, à savoir la Chine et le Pakistan.

    C’est dans ce contexte tendu que l’armée afghane a annoncé l’abandon de plusieurs postes avancés dans le sud du pays. Initié le mois précédent avec le retrait de certaines troupes dans la région du Helmand, ce nouveau repli fait craindre le retour en force des talibans sur le territoire et l’incapacité des forces afghanes à contrer leur mouvement.

    Depuis la chute de leur régime en 2001, les militaires britanniques et américains se sont battus dans la région pour ne pas laisser les champs d’opium aux mains des insurgés. Mais depuis le retrait de l’OTANen décembre 2014, l’armée afghane, mal équipée et sous entraînée, se retrouve seule et débordée face aux talibans.

    La population craint d’être abandonnée et les élus locaux fustigent ces retraits. Mais selon l'état-major afghan, retirer des troupes de certains districts afin de les déployer dans des zones plus prioritaires est un choix stratégique.

    Selon un rapport de l’ONU révélé par le journal américain New York Times en octobre dernier, les talibans n’ont jamais été aussi puissants en Afghanistan que depuis 2001. Le bras de fer politique se poursuit et Kaboul, plus que jamais, souhaite négocier la paix.

     

    → A (RE)LIRE : Les talibans ne veulent pas dialoguer, un coup dur pour les autorités afghanes

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.