GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Nationalisme en Inde: le leader étudiant Kanhaiya Kumar libre et déterminé

    media Kanhaiya Kumar, libéré le 3 mars, s'est aussitôt rendu à son université Jawaharlal Nehru University où il a été accueilli en héros. REUTERS/Adnan Abidi

    En Inde, près d’un mois après l’arrestation pour sédition d’un étudiant de l’une des plus importantes universités publiques du pays, le débat sur le patriotisme de cette faculté continue à faire rage. Et a pris une nouvelle tournure : jeudi 3 mars dernier, ce principal accusé et président de l’association des étudiants de l’université de Jawaharlal Nehru a été libéré et a pu enfin s’exprimer dans un discours qui a fait grand bruit.

    De notre correspondant à New Delhi,

    Le discours de l'étudiant Kanahyia Kumar prononcé jeudi 3 mars dernier, quelques heures après sa libération sous caution, devant des centaines d’étudiants réunis sur ce campus de l’université de Nehru, était remarquable, voire historique. Il lui est reproché d’avoir lancé des slogans dits « anti-nationaux », appelant à la libération du Cachemire. 

    Au terme de trois semaines derrière les barreaux de la plus grande prison indienne, il a répondu sans haine, d’abord en démentant ces accusations, puis en s’en servant pour lancer un appel à la « libération, non de l’Inde, mais en Inde ». « Se libérer de l’oppression des nationalistes hindous au pouvoir qui répriment ceux qui questionnent la politique du gouvernement », dit-il. « Se libérer de la discrimination ancestrale contre les basses castes qui freine leur accès à ces universités ». 

    Kanhaiya Kumar, libéré mais toujours accusé de sédition

    Ce doctorant en études africaines et fils de paysans pauvres a intelligemment démontré que l’on pouvait être critique de la politique nationaliste et anti-pakistanaise de certains gouvernants, tout en défendant l’unité sociale du pays et il a ainsi mis en valeur l’université Jawaharlal Nehru, cette institution de l’enseignement supérieur public, que ses opposants ont cherché à décrédibiliser à travers cette polémique. Les accusations contre lui et d’autres étudiants n’ont cependant pas été abandonnées.

    Deux autres étudiants derrière les barreaux, accusés de sédition

    En effet, deux autres étudiants sont en détention provisoire pour les mêmes faits supposés de sédition. Cependant, la police semble avoir du mal à prouver la responsabilité de ce groupe. Elle se baserait pour l’instant sur le témoignage de trois gardes qui se sont cependant contredits lors d’un contre-examen. Du reste, il a été prouvé que deux vidéos, présentées comme incriminantes par certains médias, ont été altérées. Des voix ont été rajoutées sur les images. 

    Une loi qui date de l'époque coloniale

    Le gouvernement nationaliste hindou a défendu ces accusations au début et sa position n'a guère changé. La ministre de l’Education, elle même une fervente hindouiste, a également apporté sa caution aux accusations contre les étudiants la semaine dernière devant le Parlement, en se basant sur un rapport interne de l’université.

    Le gouvernement a toutefois semblé donner des gages à ses détracteurs, en annonçant -il y a quelques jours- qu’il allait revoir la fameuse loi sur la sédition, un article du code pénal qui date de 1860, ironiquement adopté par les colons britanniques pour réprimer les indépendantistes, et qui, selon la Cour suprême elle-même, est aujourd’hui souvent utilisé pour limiter la liberté d’expression et de critique. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.