GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: un proche d'Aung San Suu Kyi accède à la présidence

    media Htin Kyaw, membre de la LND, nouveau président élu de Birmanie, au moment de quitter le Parlement après son élection à Naypyidaw, le 15 mars 2016. STR / AFP

    Htin Kyaw est le nouveau président élu de Birmanie. Les députés ont validé le choix de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) par 360 voix sur 652 au total. Large vainqueur des législatives de novembre dernier, le parti d'Aung San Suu Kyi avait proposé ce fidèle compagnon de dissidence de la lauréate 1991 du prix Nobel de la paix, pour la remplacer, puisque la Constitution héritée de la junte lui interdit de briguer la présidence elle-même, ses deux fils ayant une nationalité étrangère.

    Un professeur d’économie, diplômé des universités de Rangoon et d’Oxford, au poste de président de Birmanie. Htin Kyaw, 69 ans, sera assisté d’un ancien industriel, sans grande expérience politique, mais qui a été élu vice-président. Il sera également assisté d’un militaire, ex-directeur des services de renseignement, comme le relate notre correspondant à Rangoon, Rémi Favre.

    Quelles relations avec l'armée ?

    C'est un trio très hétérogène qui va donc diriger l’exécutif birman pendant les cinq années à venir. Deux ombres planent au-dessus de ce trio : celle d’Aung San Suu Kyi, la dirigeante de la LND majoritaire chez les députés, qui souhaite se placer au-dessus du président, et celle du chef de l’armée, qui a dirigé la Birmanie pendant un demi-siècle et n’a pas l’intention d’abandonner la scène politique.

    La Ligue nationale pour la démocratie s’est fixé deux priorités : libérer tous les détenus de conscience, et établir une paix durable dans ce pays où les conflits ethniques se multiplient. Pour ces deux priorités, la LND devra effectivement collaborer avec l’armée, qui détient 25 % des sièges au Parlement et contrôle trois ministères clés.

    Un fidèle présent sur toutes les photos

    De leur nouveau président, les Birmans ne savent que ce qu’ont écrit les journaux à son sujet, autrement dit encore peu de choses. Fils d'un célèbre poète birman, figure respectée de la LND, Htin Kyaw fait partie du camp des loyalistes à Aung San Suu Kyi. Cet ami d'enfance fut un fidèle compagnon de la « dame de Rangoon » pendant ses années de la dissidence.

    Avant d'être élu par le Parlement ce mardi, Htin Kyaw a été sur toutes les photos de famille, à toutes les dates clés. Chemise blanche, lunettes carrées et cheveux gris, on le voit ainsi aux côtés du prix Nobel de la paix, derrière les grilles rouges de sa résidence de Rangoon près du lac Inlay, le 13 novembre 2010 lorsqu’Aung San Suu Kyi retrouve sa liberté.

    Quelle fonction pour Aung San Suu Kyi ?

    Htin Kyaw a même joué les chauffeurs occasionnels pour l’opposante historique de Birmanie, lors des rares fois où elle avait pu sortir de sa résidence surveillée. Auparavant, il avait accédé à de hautes fonctions dans le pays dès les années 1970 et 1980, au sein des ministères de l’Industrie et des Affaires étrangères. Il avait par la suite quitté ces fonctions pour se consacrer entièrement à la lutte contre la répression.

    Le fait qu'Aung San Suu Kyi ait désigné Htin Kyaw pour occuper la présidence à sa place est également un signe de méfiance de l’ex-opposante vis-à-vis d’une partie des responsables de son parti. Le prix Nobel n’a pour l’instant pas précisé à quel poste elle continuerait de tirer les ficelles de l’exécutif. Deviendra-t-elle ministre dans le prochain gouvernement, ou restera-t-elle députée ?

    Htin Kyaw est un serviteur patenté de la Birmanie, parmi les plus fidèles d'Aung San Suu Kyi. Mais ça ne signifie pas, néanmoins, qu'il sera aux ordres de celle-ci. C'est quelqu'un qui a quand même sa liberté de pensée, sa manière de percevoir l'avenir de la Birmanie, et qui devra malgré tout manœuvrer entre d'un côté les éventuelles injonctions ou directives d'Aung San Suu Kyi, et les éventuelles méfiances ou volontés de l'armée birmane de protéger ses intérêts.
    Laurent Amelot, enseignant à l’Institut d’études des relations internationales et membre du groupe de réflexion Asie 21 15/03/2016 - par Jelena Tomic Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.