GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Appel mondial pour sauver des animaux tués par un phénomène rare en Mongolie

    media «Beaucoup de familles d’éleveurs vont devoir quitter les prairies, car le bétail est leur seul moyen de subsistance.» Pierre Perrin/ CANAL+ / 95°WEST

    En Mongolie, les troupeaux d'animaux d'élevage sont décimés par un phénomène climatique rare : un été très sec suivi par un hiver extrêmement rigoureux. Quelque 360 000 animaux sont déjà morts, ce qui met les éleveurs dans une situation extrêmement difficile. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge (IFRC) a lancé un appel international aux dons, mais moins de la moitié des 800 000 dollars requis ont été récupérés.

    « Les animaux affaiblis sont incapables de supporter ces températures exceptionnellement basses et les tempêtes de neige ; et ils ont du mal à gratter à travers la neige pour atteindre l’herbe », explique Hler Gudjonsson responsable régional de l'IFRC.

    Selon les chiffres des Nations unies, 360 000 animaux sont déjà morts et, au final, 1,2 million d’animaux devraient périr. « Beaucoup de familles d’éleveurs vont devoir quitter les prairies, car le bétail est leur seul moyen de subsistance. Ils vont aller dans les bidonvilles d’Oulan Bator et d’autres centres urbains, des bidonvilles où les gens vivent dans le plus grand dénuement, sans accès aux services de base. Et c’est particulièrement dur pour ces gens qui ont été éleveurs toute leur vie, qui ont une cinquantaine d’années, et qui ne vont trouver aucun travail », poursuit le responsable.

    Une partie des dons demandés doit aider à former ces gens, ou à leur permettre de démarrer des petits commerces. « Ce désastre est différent, ce n'est pas un tremblement de terre ou un tsunami, qui tue de nombreuses personnes en un jour ou même en quelques minutes. Il ne fait pas les gros titres, mais pour autant ces gens sont en train de vivre une crise humanitaire extrêmement grave », conclut Hler Gudjonsson.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.