GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'Indonésie réagit à la taxe sur l'huile de palme adoptée en France

    media Sur l'île de Bornéo, l'industrie de l'huile de palme déforeste de vastes étendues pour y installer ses plantations. BAY ISMOYO / AFP

    En France, l’Assemblée nationale vient d'adopter une taxe additionnelle sur l'huile de palme. Mais en Indonésie, qui est le premier producteur mondial d'huile de palme, cette mesure fait grincer des dents. Même si cette taxe française a été réduite par rapport aux ambitions initiales de l'amendement, l'Indonésie s'inquiète notamment d'une possible contagion de ce type de taxes dans d'autres pays et réfute l'idée qu'une telle taxe puisse aider à rendre la filière plus durable.

    Avec notre correspondant à JakartaJoël Bronner

    En Indonésie, pays qui compte près de 260 millions d'habitants, l'industrie de l'huile de palme fournit, directement ou indirectement, un revenu à plusieurs millions de personnes. Si les pays du Sud sont, de très loin, les premiers acheteurs et consommateurs d'huile de palme, la question d'une taxation supplémentaire de cette huile en France y est malgré tout très sensible.

    « Cette taxe n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour l'Indonésie, estime Darmin Nasution, le ministre de l'Economie indonésien. Mais nous allons continuer à discuter et nous battre pour que la France revienne en arrière sur cette taxation. »

    Une politique qui a déjà porté ses fruits puisque la taxe française sera finalement moindre que prévue à l'origine. Malgré tout, le principe même d'une taxe supplémentaire est mal perçue en Indonésie.

    Nadam est à la tête d'un fonds de développement pour l'huile de palme certifiée, c'est-à-dire une huile de palme dont la production se montre davantage respectueuse de l'environnement. « Nous attendons de la France qu'elle soit aussi cohérente que possible, estime-t-il. Des engagements ont déjà été pris pour exporter davantage d'huile de palme certifiée en Europe et donc aussi en France d'ici à 2020. Donc cela ne me paraît pas une bonne chose, via cette taxe, de discriminer encore l'huile de palme. »

    Cette taxe française est globalement perçue en Indonésie comme une punition, alors que les représentants de cette filière mettent justement en avant les efforts passés et en cours pour produire davantage d'huile certifiée, censée limiter la déforestation et les atteintes à la biodiversité, dont l'industrie de l'huile de palme est régulièrement accusée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.