GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Le TGV japonais relie désormais Tokyo à l'île d'Hokkaido

    media Des Japonais saluent le passage du nouveau Shinkansen reliant Tokyo à l'île d'Hokkaido, le 26 mars. Mandatory credit REUTERS/Kyodo

    Le Shinkansen, le TVG japonais reconnu pour la qualité de ses services et sa ponctualité, relie depuis ce samedi 26 mars Tokyo à l'île d'Hokkaido. Un tronçon de 149 km supplémentaires a été construit pour 4,3 milliards d'euros. Il relie Shin-Aomori, dans le nord de l'île principale de Honshu et la gare de la ville portuaire d'Hakodate d'Hokkaido en 4h02.

    C'est un projet de longue haleine qui voit enfin le jour et les autorités d'Hokkaido attendent beaucoup de cette nouvelle liaison ferroviaire entre Tokyo et leur île.

    Elles espèrent augmenter les échanges touristiques avec l'Asie et booster leur économie. Elles comptent aussi freiner le déclin de la démographie de cette région rurale aux hivers très rudes.

    La nouvelle ligne est régie par les compagnies ferroviaires JR East et JR Hokkaido. La réputation de JR Hokkaido a été entachée par plusieurs scandales : falsifications de rapport d'inspection, négligences techniques responsables du déraillement d'un train il y a plus de deux ans. La compagnie en déficit compte donc sur ce projet pour redorer son blason et revenir à l'équilibre.

    Mais ce nouveau tronçon inquiète. Sa rentabilité n'est pas évidente, dans la mesure où les trains partageront les lignes avec des convois de marchandises. Cela implique des mesures de sécurité coûteuses. La neige risque aussi de s'accumuler sur les caténaires, ce qui peut être dangereux.

    Enfin, le prix 350 euros aller-retour peut être dissuasif et des études montrent que les voyageurs préfèrent prendre l'avion quand le transport en train dépasse quatre heures.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.