GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Taiwan: Hung Hsiu-chu élue à la tête du Kuomintang

    media Hung-Hsiu-chu, nouvellement élue à la tête du parti nationaliste, le Kuomintang, devant le portrait du père fondateur de la République de Chine, Sun Yat-sen, le 26 mars. REUTERS/Tyrone Siu

    L’avenir politique se conjugue au féminin à Taiwan. Après le raz-de-marée Tsai Ing-wen à la dernière présidentielle, c’est aussi une femme qu’a choisi de mettre à sa tête le parti du Kuomintang pour se relever de sa défaite. Elle s’appelle Hung Hsiu-chu et elle revient de loin.

    Hung Hsiu-chu n’est pas rancunière et cette victoire à la tête de son parti, avec 56 % des suffrages face à trois candidats, marque son retour sur le devant de la scène politique.

    Hung Hsiu-chu la persévérante. Hung Hsiu-chu la gaffeuse aussi. Les dérapages de cette ex-enseignante au début de la campagne présidentielle l’année dernière avaient conduit le Kuomintang à renoncer à en faire sa candidate.

    Elle avait été remplacée par Eric Chu, dont la candidature n’a pas permis d’enrayer la déferlante du parti démocrate progressiste de Tsai Ing-wen. Largement battu, le candidat du Kuomintang a démissionné laissant le champ libre à son ex-rivale. Celle-ci entrera en fonctions en mai prochain, succédant à l’ancien président Ma Ying-jeou.

    Reste à savoir si à 68 ans, Mme Hung est capable de rajouter un peu d’eau dans son thé et de modérer son enthousiasme vis-à-vis de la Chine continentale. Hung Hsiu-chu défend en effet la signature d'un traité de paix avec Pékin, ce qui n'est pas la position du parti nationaliste aujourd’hui dans l’opposition, qui préfère le statu quo.

    Elle défend aussi un éloignement stratégique des États-Unis qui là encore n’est pas un credo repris par l’ensemble de l’opinion taiwanaise.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.