GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Dans une vidéo de propagande, Pyongyang détruit Washington à l'arme nucléaire

    media Sur une photo délivrée par l'agence de presse de Pyongyang, le leader nord-coréen Kim Jong-un supervise des tests de mises à feu de missiles balistiques en 2014 (photo d'archives). REUTERS/KCNA

    La Corée du Nord a diffusé une nouvelle vidéo ce week-end montrant une attaque nucléaire sur Washington, tandis qu’au Sud, des militants anti-Pyongyang procédaient à un nouveau lancé de tracts contre le régime. Propagande contre propagande. Ce n’est pas la première fois que la Maison Blanche est dans le collimateur des graphistes et des vidéastes nord-coréens. En cette période de manœuvres militaires communes entre le voisin sud-coréen et les Etats-Unis, c’est même un classique de la propagande nord-coréenne.

    Le message et les ressorts dramatiques ne sont pas nouveaux : montée crescendo dans les armements présentés à l’écran, nappe sonore au violon électrique et des bruits d’explosions pour rythmer la cadence, rien qu’avec cela les impérialistes ne devraient pas en sortir vivants.

    Intitulée « La dernière chance », cette nouvelle vidéo de quatre minutes made in Pyongyang diffusée sur le site DPRK Today montre une partie de l’arsenal nord-coréen présenté chaque année lors des grandes parades sur la place Kim Il-sung, dont les missiles Musudan au nez rouge, mais cette fois en action.

    Images d’archives des relations Etats-Unis/Corée du Nord pour commencer, puis le déluge de feu des orgues de Pyongyang avec un panneau menaçant la Corée du Sud d’une « attaque militaire sans merci ». Et enfin, les avions et même un sous-marin nucléaire pour le bouquet final, avec pour conclusion un missile planté au cœur du Lincoln Memorial à Washington et le feu du champignon atomique consumant la Constitution américaine, le drapeau étoilé et le Capitole.

    « Si les impérialistes américains bougent le petit doigt, nous les frapperons avec notre force nucléaire », ressassent les caractères qui accompagnent les images. Un scénario identique à celui de mars 2013, où déjà le Congrès américain était la cible de missiles thermonucléaires. Mais avec cette fois une musique un peu plus entraînante, d’où les commentaires de certains internautes amusés : « On dirait une vidéo réalisée par un enfant » ou encore « Même l’organisation Etat islamique est plus douée à la palette graphique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.