GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Aujourd'hui
Jeudi 1 Septembre
Vendredi 2 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Armes chimiques: pas de «preuve matérielle» dans le rapport de l'ONU (ambassadeur syrien)
    • Attaques chimiques en Syrie: Londres et Paris réclament des sanctions de l'ONU contre Damas
    Asie-Pacifique

    Attentat au Pakistan: endeuillée, Lahore se mobilise et s'interroge

    media Des chrétiens allument des bougies en hommage aux victimes de l'attentat-suicide qui a frappé Lahore. ASIF HASSAN / AFP

    Les premières funérailles de victimes ont eu lieu ce lundi à Lahore dans le nord-est du Pakistan, 24h après le pire attentat qu'ait connu le pays depuis le début de l'année. Le bilan est pour l’instant de 72 morts. Près de la moitié des victimes sont des femmes et des enfants. L'attentat a été perpétré par un kamikaze qui s'est fait exploser dans un parc très fréquenté de la ville. En plein dimanche de Pâques, le mouvement taliban pakistanais qui a revendiqué l’attaque, a précisé qu'il visait délibérément la communauté chrétienne.

    Les Pakistanais rencontrés ce lundi ont tous confié à notre envoyé spécial à Lahore, Michel Picard, à quel point ce carnage les avait profondément meurtris. Car tous répètent : « c’est mon voisin, mon ami mais ça aurait pu être moi, ma mère mon fils ». Et pourtant, ils réaffirment que la vie doit reprendre son cours.

    D’ailleurs, dans cette ville de douze millions d’habitants, les rues continuent d’être agitées et surchargées. A part quelques policiers derrière le cordon de sécurité, le lieu de l’attaque est désert ce lundi soir. Et de nombreux lieux publics restent bouclés.

    Reportage dans un hôpital de Lahore 28/03/2016 - par Michel Picard Écouter

    La mobilisation se fait aux abords des hôpitaux où des dizaines d’habitants, essentiellement des jeunes, ont répondu à l’appel pour venir donner leur sang. Difficile de parler avec des blessés tant la police est sur les nerfs.

    Des membres d’organisations islamistes viennent également apporter de la nourriture et du réconfort aux familles des victimes devant les portes de l’hôpital Jinnah, l’un des trois grands centres mobilisés.

    Un parc public, particulièrement bondé

    Les attentats sont réguliers dans le pays, mais pas dans un parc municipal où les adultes viennent pour se détendre et regarder leurs enfants s'amuser. C’est cela qui choque le plus les habitants et les plonge dans des interrogations sans fin.

    L’attentat a touché, une première dans le pays, indifféremment chrétiens, musulmans, hommes, femmes, et de nombreux enfants. Ce qui suscite des interrogations sur les motivations du groupe Jamaat-ul-Ahrar. Il affirme avoir ciblé les chrétiens, or la majorité des victimes est musulmane.

    Dans quel contexte s'inscrit l'attentat au Pakistan?

    Attirer l’attention du groupe EI ?

    Le kamikaze semble avoir voulu faire un maximum de victimes, au-delà des confessions et sans épargner les enfants. De quoi se demander si le groupuscule taliban, en réalisant ce carnage, ne cherche pas à s’attirer les sympathies du groupe Etat islamique et son soutien financier.

    Car l’organisation Etat islamique, si elle compte quelques membres arrêtés au Pakistan, n’a pas réussi à s’implanter au sein des organisations extrémistes. Ce que redoutent par-dessus tout le gouvernement et la très puissante armée pakistanaise.

    Opérations paramilitaires

    Le Premier ministre Nawaz Sharif a annulé un déplacement à Londres, il a réuni ses principaux ministres et les chefs des services de sécurité et de renseignement pendant quatre heures. « Le pays doit être uni contre le terrorisme », a-t-il déclaré.

    Dès ce matin, l'armée et les services de renseignement ont mené cinq raids à Lahore, Faisalabad et Multan, les grandes villes du Pendjab, a indiqué le chef de l'état-major. Plusieurs suspects ont été arrêtés et une immense quantité d'armes aurait été saisie. Des opérations qui vont se poursuivre dans les jours qui viennent.

    Dans son communiqué, le Jamaat-ul-Ahrar explique que cet attentat est un message direct au Premier ministre. Nos attaques ne vont pas s'arrêter préviennent les terroristes. Et, si les attentats des talibans sont moins nombreux depuis la grande offensive lancée par le gouvernement dans le nord ouest du pays il y a un an, ils sont en revanche beaucoup plus meurtriers.

    Vous pouvez dire qu'ils sont musulmans, mais en fait, ils n'ont pas de religion. Ils n'ont aucune humanité, ils ne sont rien.
    Réactions de Pakistanais après l'attentat Reportage à Lahore. 28/03/2016 - par Michel Picard Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.