GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: un ex-chanteur accusé de «blasphème», agressé à Islamabad

    media Islamabad, le 26 octobre 2015. AFP/Farooq Naeem

    La vidéo a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux au Pakistan dimanche 27 mars. On y voit une ex-pop star pakistanaise prise à partie, puis battue par un groupe d’hommes l’accusant de blasphème. Junaid Jamshed, c’est son nom, a porté plainte. L’ex-chanteur, devenu prédicateur, dénonce une dérive du fanatisme religieux dans son pays.

    « Il a commis un blasphème, frappez-le ! Frappez-le ! » Le son et l’image ne laissent ici aucun doute quant aux intentions des assaillants. La scène s’est déroulée samedi soir à l’aéroport d’Islamabad.

    Longue barbe tunique blanche, Junaid Jamshed, 51 ans, recule avant d’être rejoint par un petit groupe d’individus en colère. La vidéo filmée depuis un téléphone portable montre, clairement, les agresseurs s’acharnant sur l’ancienne star de la pop pakistanaise, qui dirige une boutique de prêt-à-porter.

    L’auteur de « Dil Dil Pakistan » et autres tubes des années 1980 a bien changé. Le visage imberbe et les polos moulants ont cédé la place à la barbe et aux lunettes du prédicateur, y compris dans son dernier clip à la gloire de l’armée de l’air pakistanaise.

    Mais cela ne suffit pas à calmer les radicaux. Ses remarques sur la plus jeune épouse du prophète en 2014 avaient entrainé le dépôt d’une plainte pour blasphème. L’ex-star des eighties s’est depuis excusée publiquement. Insuffisant pour certains. « Il est temps que notre nation cesse de tolérer le fanatisme », a estimé la victime sur Facebook. Un message largement approuvé sur les réseaux sociaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.