GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: les jats obtiennent le statut de caste arriérée

    media En février dernier, les jats s'étaient lancés dans une série de manifestations. AFP PHOTO / STR

    En Inde, le Parlement de l'Etat de l'Haryana, à côté de New Delhi, vient d'adopter à l'unanimité une révision qui attribue à la communauté des jats le statut de caste arriérée. Ce qui leur permettra de bénéficier de quotas pour entrer plus facilement dans l'enseignement supérieur public et l'administration. Le Parlement cède donc aux revendications de ce groupe influent dans la région qui avait lancé une vague de manifestations violentes le mois dernier, qui avaient entrainé la mort de 30 personnes et couté des millions d'euros en dommages de biens.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébatien Farcis

    Les jats ont toujours été des propriétaires terriens riches et dominants dans le nord de l'Inde. Mais ces dernières années, les revenus agricoles ont chuté et beaucoup de paysans ont vendu leur terre pour permettre l'extension de Delhi.

    Ils cherchent donc de nouveaux débouchés, et veulent être inclus dans le groupe des castes dites « arriérées » afin d'entrer plus facilement dans la fonction publique. En février, ils sèment la terreur autour de la capitale pour forcer la main du gouvernement de l'Haryana.

    Ces élus attentifs à un électorat influent cèdent à leur pression et leur offrent, ce mardi 29 mars, un quota de 6 à 10% dans les administrations et universités à partager avec 5 autres sous-groupes.

    Ceci crée cependant un dangereux précédent, estime Vidhu Verma, chercheuse en sciences politiques à l'université Jawaharlal Nehru de Delhi. « La Constitution prévoit des quotas en faveur de groupes qui souffrent de discriminations, et non de ceux qui sont dominants mais se sentent mis à l'écart. Le fait de se sentir mis à l'écart ne justifie pas d'en bénéficier. Mais l'accord donné aux jats devrait faire naître de nombreuses revendications de la part d'autres castes ». 

    En juillet dernier, la Cour suprême avait rejeté l'inclusion des jats dans la liste nationale des castes défavorisées. Il faut maintenant voir si elle accepte ce quota régional.

    A (RE) LIRE : Inde: les ravages du système de caste dans l'enseignement supérieur

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.