GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Par trois accès différents, les forces d'élite irakiennes sont entrées, ce lundi matin, dans la ville de Fallouja, située à 50 km à l'ouest de Bagdad, avec pour objectif d'en chasser le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ont annoncé des commandants de l'opération.

    Asie-Pacifique

    Loi anti-blasphème au Pakistan: les islamistes cessent leur sit-in

    media Les manifestants islamistes qui campaient devant la présidence à Islamabad et devant le Parlement (photo) depuis dimanche ont accepté de se disperser mercredi soir. REUTERS/Faisal Mahmood

    Au Pakistan, les islamistes mettent fin à leur sit-in après quatre jours de protestation devant le palais présidentiel à Islamabad. Plusieurs centaines d'islamistes s’étaient rassemblés pour se faire entendre au sujet d'une loi controversée sur le blasphème. Les manifestants affirment avoir trouvé un accord avec le gouvernement, ce que ce dernier dément.

    Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

    Tout a débuté dimanche quand des milliers de manifestants se sont réunis pour commémorer la mort un mois plus tôt de Mumtaz Qadri, assassin d’un gouverneur favorable à un assouplissement de la loi anti-blasphème.

    Entrés par la force dans la zone rouge d’Islamabad, qui concentre les bâtiments du pouvoir, ils se disaient prêts à mourir pour leur cause, à savoir l’abandon de toute révision de la loi anti-blasphème.

    Cette loi, instaurée il y a trente ans, permet de condamner à mort toute personne ayant insulté l’islam. Dans les faits, elle est souvent utilisée pour régler des différents personnels.

    Des milliers de policiers, épaulés par l’armée ont été déployés pour procéder à une évacuation. Malgré plusieurs ultimatums à quitter les lieux sans réponse, le ministre de l’Intérieur affirme avoir préféré la négociation.

    A présent les manifestants sont partis, affirmant avoir reçu l’assurance que la loi sur le blasphème ne serait pas modifiée. Mais les autorités affirment qu’aucun accord n’a été signé. Difficile de savoir si le gouvernement a plié ou non aux exigences des islamistes. Le statu quo semble être l’avenir de la très sensible loi anti-blasphème.

    La capitale va pouvoir reprendre ses habitudes, les réseaux téléphoniques sont rétablis après trois jours de coupure et de nombreuses écoles fermées en raison des tensions annoncent leur réouverture.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.