GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: un projet de Constitution remis à la junte, interdiction d'en parler

    media Meechai Ruchupan, président du comité de rédaction du projet de Constitution, durant la présentation du document à la presse, le 29 mars à Bangkok.

    Un nouveau projet de Constitution a été remis par un comité de rédacteurs à la junte qui dirige le pays. Le projet avait été demandé par les militaires qui avaient nommé eux-mêmes l’ensemble du comité de rédaction. Il doit être soumis à un référendum en août prochain, mais tout débat public sur le texte a été interdit par le régime.

    Avec notre correspondant à Bangkok,  Arnaud Dubus

    Ce projet de Constitution met en place une démocratie très encadrée. Un sénat de 250 membres entièrement nommé par les militaires comprendra ex-officio tous les chefs de l’armée et de la police. Une personnalité extérieure au monde politique et non élue pourra devenir Premier ministre. Un comité stratégique, sorte de Politburo contrôlé par les militaires, pourra pendant vingt ans dicter la politique des gouvernements successifs. L’Assemblée nationale sera élue, mais effectivement dépourvue de pouvoir réel.

    Pour la Thaïlande, c’est un retour quarante ans en arrière, à l’époque où le royaume était sous l’égide de ce que l’on appelait une démocratie à demi-cuite.

    La junte souligne que le fait que le projet soit soumis à un référendum lui donnera, s’il est approuvé, une légitimité populaire. Mais dans les faits, les militaires ont interdit tout libre débat public sur le texte. Un décret punit d’une peine maximale de dix ans de prison ceux qui influencent les électeurs avant le référendum en « déformant la réalité ».

    Autre disposition inquiétante : si le projet est rejeté lors du référendum, la junte menace de mettre en œuvre une Constitution du passé, laquelle risque d’être encore plus restrictive que le projet actuel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.