GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    «Panama Papers»: la famille du Premier ministre pakistanais mise en cause

    media Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif. REUTERS/Carlo Allegri

    Le scandale mondial « Panama Papers » n’épargne pas le Pakistan. Le Premier ministre en exercice est aussi dans la tourmente, même si son nom n’est pas personnellement cité. La classe dirigeante fait pour l’instant profil bas.

    Avec notre envoyé spécial à Islamabad, Michel Picard

    Les révélations concernent les deux fils et la fille du chef du gouvernement Nawaz Sharif. Ils sont à la tête de plusieurs compagnies offshore qui détiennent au moins six propriétés haut de gamme au cœur de Londres. Seule défense pour l’instant : l’un des fils affirme que ces opérations sont tout à fait légales.

    Des proches du frère du Premier ministre, actuel ministre en chef de la province du Pendjab, figurent également dans les documents. Les ténors politiques du pays n’ont pas encore réagi, excepté Imran Khan. Le chef du Mouvement pour la justice, troisième force politique du pays, ardent militant anticorruption, appelle non seulement à la démission du Premier ministre mais demande des enquêtes approfondies.

    Et la liste ne s’arrête pas là. Plus de 200 personnalités sont mises en cause. Benazir Bhutto, l’ancienne chef du gouvernement assassinée, voit son image posthume écornée. Elle a créé avec son assistant et son neveu une société offshore accusée, selon les documents, d’avoir versé deux millions de dollars au régime de Saddam Hussein pour obtenir des contrats pétroliers.

    Deux sénateurs sont aussi accusés d’avoir caché des fonds, tout comme de nombreux hommes d’affaires, dont trois dirigeants de très grosses entreprises textiles et le propriétaire de Pizza Hut. Le pouvoir judiciaire n’est pas en reste, plusieurs avocats et juges étant cités.

    Face à l’onde de choc déclenchée par ce scandale au plus haut de l’Etat, la classe dirigeante fait pour l’instant profil bas, dans un pays où seul 1 % des habitants paie des impôts et l’élite bénéficie de larges passe-droits.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.