GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Thaïlande, un bon refuge pour les Pakistanais chrétiens persécutés?

    media Des chrétiens du Pakistan rendent hommage aux victimes des attentats. Lahore, 29 mars 2016. ARIF ALI / AFP

    L’attentat-suicide meurtrier du 27 mars dernier à Lahore, au Pakistan, pendant les fêtes de Pâques, a remis en lumière la situation des Pakistanais chrétiens. Beaucoup de ceux-ci sont persécutés à cause de leur religion et fuient le pays. Des milliers d’entre eux échouent en Thaïlande, où ils vivent clandestinement, sans visa, dans l'espoir d'obtenir l’asile politique au sein d'un pays tiers. Illustration dans la capitale.

    De notre correspondant à Bangkok,

    En Thaïlande, chaque réfugié pakistanais chrétien a son histoire personnelle. Mais les départs sont toujours liés à des persécutions religieuses. Certains disent avoir eu des membres de leur famille kidnappés par des musulmans et forcés de se convertir à l’islam. D’autres ont été accusés de blasphème par des groupes islamistes et menacés de mort. D’autres encore étaient harcelés par ces mêmes groupes.

    Actuellement, environ 7 000 Pakistanais chrétiens vivent à Bangkok. Pourquoi la Thaïlande ? Tout simplement parce que le visa de touriste est facile à obtenir et que ce pays a la réputation d’être accueillant. La vaste majorité de ces Pakistanais chrétiens en Thaïlande sont dans l’illégalité, car le visa de trois mois avec lequel ils sont arrivés a expiré depuis longtemps.

    Ils vivent dans des immeubles de la banlieue de Bangkok et évitent de trop sortir, de peur d’être arrêtés par la police. Quelque 250 d’entre eux, y compris des femmes et des enfants, sont détenus en prison pour immigration illégale. Il s’agit de la plus grosse communauté au sein du centre de détention de l’immigration. Pour ceux qui sont à l’extérieur, le problème est tout simplement de subvenir à leurs besoins. Car ils n’ont pas le droit de travailler.

    La crainte d'un renvoi vers le Pakistan

    Pratiquement tous ces Pakistanais chrétiens contactent le bureau du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) de Bangkok. Ils déposent une demande pour recevoir l’asile politique dans un pays tiers. Beaucoup reçoivent une lettre indiquant que leur dossier est en train d’être traité par le HCR. Cette lettre est censée les protéger contre les arrestations, mais dans les faits, elle n’a presque aucune efficacité.

    Le problème principal, c'est qu’il n’y a qu’une dizaine de personnes au HCR pour traiter ces milliers de dossiers. Cela peut donc prendre jusqu’à quatre ans pour étudier un cas et trouver une solution. Pendant ce temps, ces Pakistanais tentent de survivre tant bien que mal. Ils reçoivent un soutien matériel de quelques organisations chrétiennes et de certaines églises, mais aussi de simples individus émus par leur cas.

    La grande crainte, c'est d’être renvoyé de force au Pakistan. La Thaïlande n’a pas signé la Convention des Nations unies de 1951 relative au statut des réfugiés. Bangkok pourrait donc, en théorie, les expulser, notamment si les choses traînent trop. C’est d’ailleurs ce qu’elle a fait avec une centaine de Ouïghours chinois l’année dernière. Le risque est d’autant plus grand que la situation de ces Pakistanais chrétiens reste très peu connue en Thaïlande.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.