GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: un étudiant bangladais défendant la laïcité assassiné à Dacca

    media Un étudiant en droit qui publiait des messages contre l'islamisme sur sa page Facebook a été assassiné mercredi 6 avril à Dacca. Munir UZ ZAMAN / AFP

    Un étudiant bangladais de 28 ans a été brutalement assassiné en pleine rue de la capitale, Dacca, hier soir. Les assaillants l’auraient visé pour son rôle dans le mouvement laïc qui est né il y a plus de 3 ans – ce meurtre représenterait alors le dernier dans une série d’attaques contre des blogueurs et militants laïcs qui ont coûté la vie à 7 personnes depuis 3 ans…

    Il est 20 h 30 mercredi 6 avril, quand trois assaillants surgissent sur une moto dans une rue du sud de Dacca, et, selon des témoins, crient « Allahu Akbar » avant de frapper l’étudiant de plusieurs coups de machette et de l’achever au pistolet.

    Nazimudin Samad était un responsable de quartier d’une organisation laïque et militant dans le mouvement de la place Shahbhag, qui a été lancé en 2013 afin de réclamer la peine de mort pour les islamistes reconnus coupables de crimes contre l’humanité pendant la guerre d’indépendance de 1971.

    Le parti radical du Jamaat-e-Islami avait alors appelé au meurtre de ces jeunes blogueurs, avant de dresser une liste de 84 d’entre eux qu’ils accusaient de blasphème. Depuis, 7 de ces militants ont été abattus selon le même procédé macabre utilisé mercredi 6 avril. Nazimudin Samad se trouvait sur cette liste et se savait donc visé. Dans un post de 2013 publié sur sa page Facebook, il écrivait : « Si un jour ils me tuent, ne veillez pas mon corps. Baignez-le dans le sang des membres du Jamaat. Le Bangladesh ne pourra vivre tant qu’ils existent. »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.