GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mars
Vendredi 24 Mars
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Aujourd'hui
Mardi 28 Mars
Mercredi 29 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: 18 soldats tués lors d’une offensive contre le groupe Abou Sayyaf

    media Un contingent de soldats philippins sur le point de partir sur l'île de Basilan. (Archives) AFP

    Dix-huit soldats philippins ont perdu la vie au cours de combats contre le groupe islamique Abou Sayyaf, samedi 9 avril, sur l’île de Basilan au sud de l’archipel. Cinq combattants islamistes sont également morts dans ces affrontements, les plus violents depuis le début de l’année.

    Ce sont les plus graves violences survenue aux Philippines depuis le début de l’année. Une opération militaire menée contre le groupe islamiste Abou Sayyaf a coûté la vie à 18 soldats, samedi 9 avril sur l’île de Basilan, au sud de l'archipel.

    Cinq terroristes sont également morts lors de l’offensive lancée quelques heures après l’expiration d’un ultimatum fixé pour la libération de trois otages étrangers menacés de décapitation par le groupe terroriste.

    Au moins quatre militaires philippins ont été décapités au cours des affrontements dans lesquels une centaine de militants d’Abou Sayyaf étaient engagés, a fait savoir dimanche le commandant Filemon Tan, porte-parole militaire de la région. Le commandant Tan a indiqué que 53 militaires et probablement une vingtaine de jihadistes avaient été blessés.

    Embuscade

    Un autre responsable militaire a précisé qu'un détachement de l'armée était en route pour aller attaquer l'organisation terroriste lorsqu'il est tombé dans une embuscade. « L'ennemi tenait les hauteurs et nos soldats étaient des cibles n'importe où où ils tentaient de se replier », a raconté à la radio DZRH le colonel Benedict Manquiquis, porte-parole de l'unité impliquée dans l'attaque.

    Ces violences ont éclaté au lendemain de la libération d'un ancien prêtre italien, retenu en otage par des islamistes présumés depuis l'automne. Le groupe islamiste Abou Sayyaf détiendrait aujourd'hui une vingtaine d'otages.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.