GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    A Hiroshima, John Kerry réclame un «monde sans armes nucléaires»

    media Le chef de la diplomatie américaine John Kerry (au centre) entouré de ses homologues du G7, le 11 avril 2016, devant le cénotaphe érigé à la mémoire des victimes du bombardement d'Hiroshima. REUTERS/Jonathan Ernst

    John Kerry est devenu, ce lundi, le premier chef de la diplomatie américaine à visiter le musée et le parc du mémorial pour la paix d'Hiroshima. C’est dans cette ville du Japon que le 6 août 1945 le bombardier américain B29 Enola Gay lançait la première bombe atomique de l'histoire sur une population civile. Accompagné des autres ministres des Affaires étrangères du G7, il a déposé une gerbe au cénotaphe érigé à la mémoire des 140 000 victimes de l'explosion atomique. Mais le secrétaire d'Etat américain n'a présenté aucune excuse.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    John Kerry a d’abord visité le musée de la Paix d’Hiroshima qui retrace toute l’horreur de la première bombe atomique lancée contre une population civile : le calvaire des atomisés, leurs corps écorchés vifs. Soixante-dix ans plus tard, dans des hôpitaux de la ville, des survivants meurent encore de cancers dus aux radiations. Le musée rappelle aussi ce qui a précédé Hiroshima : le militarisme japonais et ses atrocités.« Tout le monde devrait voir et ressentir la puissance de ce mémorial », a écrit le secrétaire d’Etat américain sur le livre d'or du musée.

    A Hiroshima, John Kerry ne présente aucune excuse. Pour l’Amérique, le bombardement atomique était nécessaire pour contraindre le Japon à capituler. Le chef de la diplomatie américaine a toutefois plaidé face à la presse pour « un monde sans armes nucléaires ». « Cela nous rappelle avec force et dureté que nous avons non seulement l'obligation de mettre un terme à la menace des armes nucléaires, mais que nous devons aussi tout faire pour éviter la guerre », a-t-il insisté.

    Une mémoire menacée

    Aujourd’hui, la plupart des petits Japonais sont incapables de mentionner le jour du bombardement. Par sa seule présence, John Kerry contribue à ce que la mémoire d’Hiroshima ne s’effrite pas totalement. Barack Obama, prix Nobel de la paix, pourrait, dit-on visiter à son tour Hiroshima lors du prochain sommet du G7, les 26 et 27 mai prochains. Aucun président américain en exercice ne s’est encore rendu à Hiroshima.

    Le souvenir du 6 août 1945 s’est déjà estompé de la mémoire du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Il entend réviser la Constitution pacifique, maintenir une capacité nucléaire pour, le cas échéant, doter le Japon de l’arme atomique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.